L'économiste du Togo

Femme entrepreneur : voici les 3C pour réussir

Son parcours professionnel, l’expérience la plus déterminante qui a changé le cours de sa vie, le facteur clé de succès pour une femme entrepreneur dans un contexte interculturel, la place des femmes dans le digital, etc. sont entre autres les sujets abordés par la Togolaise Francine Beleyi dans une interview exclusive Trusted Magazine. Pour Francine Beleyi, Compétence, Communiquer et Confiance en soi sont la clé du succès d’une femme entrepreneur dans un contexte interculturel.

Trusted Magazine : Comment pourriez-vous décrire votre parcours professionnel en quelques mots ?

Francine Beleyi : Je suis consultante en stratégie numérique et gestion de marque personnelle et professionnelle. Bilingue français-anglais, conférencière internationale et fondatrice du cabinet conseil nucleus of change, basé à Londres. Mon métier c’est d’accompagner les organisations, entrepreneurs et gouvernements dans leur stratégies de marketing et communication digitale pour accroitre leur visibilité, mieux toucher leur public cible et augmenter leur profitabilité. Je suis également l’auteure du livre ‘ Personal Branding in the digital Age : How to Become a Known Expert, Thrive and Make a Difference in a Connected World’, en français, ‘Comment créer sa Marque Personnelle à l’ère du numérique : comment devenir un expert connu, prospérer et faire la différence dans un monde connecté.’

Avant de créer mon cabinet conseil, j’ai eu une expérience pluridisciplinaire et internationale en Afrique, en Europe, en Asie et aux Etats-unis. Je viens de la tech ou j’ai été responsable des SI pour Total Togo et ensuite chef de projet fusion lors du rachat d’ELF, mais j’ai également travaillé en banque d’investissement à Londres. Je me suis également spécialisée dans la conduite du changement et du management organisationnel après mon Master afin de mieux accompagner les équipes lors de la transformation des Systèmes d’information.

J’ai dirigé des projets de transformation digitale pour des multinationales et soutenu des initiatives entrepreneuriales et gouvernementales. Je suis membre fondatrice de l’African Women Entrepreneurship Cooperative (AWEC), un programme de formation et mentorat qui bâtit une communauté panafricaine de femmes entrepreneurs pour contribuer à la croissance et au progrès économique de leur pays. On accompagne chaque année 200 femmes sélectionnées dans les 54 pays du continent africain et la diaspora sur un an dans leur stratégie de croissance grâce au numérique.

Je suis aussi la créatrice et l’éditrice en chef de African Diaspora Women in Europe (ADIPWE) une initiative qui met en lumière chaque année les 20 femmes de la diaspora Africaine et du continent qui œuvrent à faire avancer l’Afrique. Nous sommes plus de 450 membres sur LinkedIn group. A cet effet, je conduis des actions de formations et mentoring des femmes dirigeantes et entrepreneurs dans le domaine du digital et de l’entrepreneuriat pour accélérer le progrès économique et social, spécialement en Afrique. J’ai eu l’honneur de recevoir le prestigieux trophée de l’Africanité à Marrakech en 2018 et été nommée dans le top 500 des Africains les plus influents au monde en 2021.

Quelle a été votre expérience la plus déterminante qui a changé le cours de votre vie ?

En 2007, j’ai quitté mon emploi salarié en plein cœur de la City à Londres, l’une des plus grandes places financières du monde. Je gagnais un bon salaire mais je n’avais pas l’impact que je souhaitais. J’étais en recherche de sens et cherchais à utiliser mes nombreuses passions, intérêts et compétences pour trouver l’emploi de mes rêves.

Malheureusement l’emploi idéal n’existait pas. J’ai donc décidé de créer ma propre entreprise, Nucleus of change, un cabinet de conseil spécialisé dans l’aide aux professionnels et aux organisations pour prospérer à l’ère de la transformation numérique.

Je voyais la différence tangible de mon travail dans la vie de mes clients mais le problème était que je ne savais pas comment trouver le prochain client ! J’avais le sens tant recherché mais pas assez d’argent ! J’observais un problème récurrent chez mes clients entrepreneurs ; l’incapacité d’articuler clairement ce qui les rend uniques par rapport à la concurrence. Ce qui signifie qu’ils devaient se contenter de baisser leurs prix pour attirer de nouveaux clients. Ils étaient bons dans leur expertise mais incapables de dire exactement pourquoi les clients devraient venir chez eux plutôt que chez leur concurrent d’une manière claire et convaincante. Peu importe la qualité de votre service ou de votre produit si les gens ne savent pas pourquoi ils doivent faire affaire avec vous, vous allez avoir du mal à percer. J’ai moi-même eu du mal à être visible par rapport à mes clients idéaux. Mais je me suis dit qu’il y avait sûrement un moyen d’avoir à la fois du sens et de l’argent dans mon travail. Il m’a fallu une décennie pour trouver cette réponse.

J’ai passé des centaines d’heures et un investissement financier conséquent en formation, livres, séminaires, mentorat, pour apprendre les ficelles du marketing avec les meilleurs spécialistes du marketing… et là j’ai commencé à avoir à la fois du sens et de l’argent. C’est ainsi que j’ai documenté ce que j’apprenais et créer les 7 piliers de la méthode YEANICC pour construire une image de Marque Personnelle a impact que je décris dans mon livre : ‘Personal Branding in the digital Age qui est disponible sur Amazon en format ebook, audio et papier. Quelque chose d’inattendu s’est produit alors que je faisais le tour du monde pour parler de la méthode YEANICC et des 7 piliers, en formant mes clients pour développer leur marque personnelle unique. J’ai réalisé que je créais en fait un Mouvement. Mon travail a touché des milliers d’entrepreneurs et d’organisations dans le monde entier par le biais de conférences en présentiel et virtuels, de programmes de mentorat et de formation.

D’après votre expérience, quel est le facteur clé de succès pour une femme entrepreneur dans un contexte interculturel ?

La femme entrepreneur ou professionnelle doit savoir qui elle est et ne pas chercher à se comparer aux autres. Elle doit connaitre ses valeurs profondes et motivation et suivre son cap. Nous avons suffisamment de valeur et n’avons rien à prouver à qui que ce soit.

Il n’y a pas qu’un seul facteur clé pour réussir en tant que femme entrepreneure. Tout au moins je parlerai d’un cryptique, les 3C: d’abord il faut de la Compétence dans son domaine d’expertise pour être crédible sur le marché, ensuite savoir Communiquer la valeur qu’on apporte avec clarté et sans jargon et enfin la Confiance en soi. Les femmes doivent apprendre à s’affirmer face à toutes sortes de pression et croire en elles pour monter en puissance et briser le plafond de verre. C’est ce que j’aide de nombreuses femmes leaders à développer à travers mes programmes de mentoring et de formation.

D’après vous que faut-il pour que le digital devienne un élément clé des stratégies de développement ?

Le développement d’une économie numérique passe par une bonne infrastructure du pays, un accès rapide à l’internet et peu cher, ainsi que l’éducation des masses (et surtout le changement des mentalités à tous les niveaux en passant par la cellule familiale jusqu’aux gouvernements et valoriser l’entrepreneuriat comme vecteur de création de richesses).

Beaucoup de gens sur le continent utilisent WhatsApp pour rester connectés aux autres, échanger mais peu de gens l’utilisent comme un outil de production c’est à dire l’utiliser pour promouvoir ses activités et se faire de l’argent. Il faut continuer à faire baisser le cout d’internet à travers l’Afrique et bien former les gens à l’utilisation utile et efficace des outils digitaux. Il faut une promotion plus pro-active et pédagogique grâce à une stratégie digitale efficace. La maitrise du digital et la gestion efficace de sa marque personnelle sont des compétences essentielles pour accéder aux opportunités de travail, aux ressources de formation en ligne et surtout accéder aux réseaux de personnes qui sont déjà là ou vous souhaitez aller et peuvent vous aider à accélérer votre développement.

Quel est votre opinion sur la place des femmes dans le digital ?

Aujourd’hui avec le digital, on n’a pas forcément besoin d’être geek pour se faire une place dans le digital. En effet, j’ai parcouru l’Afrique, l’Europe, les Etats unis et l’Asie et force est de constater que les femmes sont encore peu présente dans le digital. Mais cette tendance évolue car les femmes ont compris les opportunités que le digital présente et elles sont bien placées pour y contribuer pleinement. Le digital est une opportunité pour les personnes traditionnellement marginalisées. Il est facile grâce au digital de créer une entreprise à un cout dérisoire, d’accéder à de nouveaux marchés, de créer des produits et services plus rapidement, mieux et moins cher et de gérer ses opérations plus efficacement.

C’est une bouée de sauvetage pour les populations dans les pays les moins développés et pour les femmes en particulier car tout le monde peut y participer à condition d’avoir les compétences digitales nécessaires. Que vous soyez à Londres, à Lomé ou au Laos, vous avez accès aux mêmes opportunités en ligne que tout le monde. Et les femmes ont l’occasion de jouer un rôle majeur dans cette nouvelle économie. Plus besoin de matériel ou logiciel coûteux pour gérer son entreprise. Tout est désormais dans le cloud et on ne paye qu’une fraction du prix pour accéder aux services comparables à ceux d’une grande entreprise.

Cette démocratisation de l’outil informatique et aussi des réseaux sociaux a donné l’occasion à la montée des femmes entrepreneurs partout dans le monde qui peuvent désormais travailler et diriger des entreprises de n’importe où. Elles ont une certaine liberté d’espace, la liberté de temps et la liberté de décider comment elles veulent travailler pour mieux concilier leurs obligations familiales. Le digital permet aux femmes de créer une activité économique sans trop de contraintes, avec une grande flexibilité et d’accéder à des nouveaux marchés tout ça dans le confort de leur cuisine ou de leur chambre.

Quel est votre mot de la fin ?

En tant que professionnel, leader ou entrepreneur nous devons savoir parler de notre histoire avec conviction. Si l’on ne le fait pas nous même d’autres vont le faire à notre place et on risque de ne pas aimer ce qu’ils disent. Donc créer une image de marque forte basée sur votre expertise est la clé pour se développer et atteindre vos objectifs rapidement.

Ma mission est de permettre à un million de chefs d’entreprise, de leaders et de professionnels de devenir une autorité reconnue dans leur secteur, d’attirer leurs clients idéaux et d’avoir un impact plus important à l’échelle mondiale. Et pour créer une image de marque, vous devez d’abord savoir qui vous êtes, votre vision et la partager avec votre public. Je suis convaincue que si nous voulons faire la différence dans notre propre vie et dans la vie des autres, nous devons être visibles auprès de notre public idéal et devenir une voix experte reconnue dans notre domaine.

Source : Trusted Magazine

Partager

Laisser un commentaire