L'économiste du Togo

Communiqué de presse

Une nouvelle étude de Visa révèle comment les consommateurs peuvent rester à l’abri du vocabulaire de la fraude 

  • 56 % des consommateurs affirment être au courant des arnaques, mais que 9 personnes sur 10 sont susceptibles de ne pas voir les signes avant-coureurs courants de fraude.
  • Plus de la moitié (52 %) des consommateurs craignent que leurs amis ou leur famille ne tombent dans les filets d’un escroc, alors que 71 % d’entre eux sont susceptibles de répondre à un message flatteur de la part de fraudeurs.
  • Visa lance la plateforme de sensibilisation Stay Secure pour donner aux clients les connaissances et les compétences nécessaires pour reconnaître et prévenir la fraude.  

Abidjan, Côte d’Ivoire, 2 octobre 2023 : Selon la dernière étude Stay Secure de Visa, les   usagers d’Europe centrale et orientale, du Moyen-Orient et d’Afrique (CEMEA) risquent d’être victimes de fraude en raison d’un excès de confiance.  L’étude menée dans 17 pays a révélé un décalage entre la confiance des usagers dans la reconnaissance de la fraude et leur comportement en ligne, soulignant l’importance de rester vigilant et attentif aux tentatives de fraude. Bien que plus de la moitié des usagers  (56 %) affirment être suffisamment avertis pour éviter les escroqueries en ligne et par téléphone, 90 % d’entre eux sont susceptibles de ne pas tenir compte des signes avant-coureurs qui suggèrent une activité criminelle en ligne.

Le mois d’octobre ayant été désigné comme le mois de la sensibilisation à la cybersécurité, l’étude s’inscrit dans le cadre de la campagne Stay Secure de Visa, qui vise à sensibiliser le grand public, à renforcer l’éducation et à instaurer la confiance pour lutter contre les menaces liées à la manipulation psychologique. La campagne vise à ouvrir la voie à une expérience de paiement numérique sûre et transparente. Dans le cadre de cette initiative, Visa fournit du contenu éducatif, notamment des vidéos, des infographies et des conseils destinés à donner aux consommateurs les connaissances et les compétences nécessaires pour reconnaître et prévenir la fraude.  

Selon l’étude, la confiance dans la capacité à repérer une escroquerie et la vulnérabilité qu’elle peut entraîner est la plus élevée dans des pays comme le Qatar (69 %), le Kenya (65 %), l’Afrique du Sud (65 %), l’Arabie saoudite (64 %) et le Nigeria (63 %), tandis que la Côte d’Ivoire affiche un taux de 49 %.

L’étude a également révélé que la plupart des adultes au Kenya (74 %), au Nigeria (72 %) et en Afrique du Sud (64 %) déclarent avoir été victimes d’une escroquerie ou d’une fraude, de même que 51 % des adultes en Côte d’Ivoire. En revanche, c’est en Tunisie (43 %) et au Maroc (33 %) qu’ils sont les moins nombreux à déclarer avoir été victimes d’une escroquerie ou d’une fraude.

“Dans le monde digital actuel, les escroqueries deviennent de plus en plus sophistiquées, les criminels utilisant de nouvelles approches pour tromper les consommateurs sans méfiance. Qu’il s’agisse d’un colis retenu à la douane, d’un abonnement à un service de streaming prétendant avoir expiré ou d’un bon d’achat gratuit pour une marque préférée, les escrocs adoptent des tactiques persuasives pour tromper. Il est de plus en plus essentiel de comprendre le langage de la fraude, et notre plateforme éducative Visa Stay Secure fournit les connaissances et les compétences nécessaires pour aider à garder une longueur d’avance sur les activités frauduleuses en ligne “, explique Irene Auma, Directeur des Risques pour l’Afrique subsaharienne chez Visa.

Principales conclusions de l’étude Stay Secure de Visa :

  • L’écart de connaissances. Le fait de se considérer comme bien informé peut rendre les gens encore plus vulnérables, car une fausse confiance peut inciter quelqu’un à cliquer sur un faux lien ou à répondre à une offre frauduleuse. Les personnes qui se considèrent comme mieux informées sont plus susceptibles de répondre à une demande d’action de la part des escrocs que celles qui se disent moins informées, y compris en cas de nouvelles positives (74 % contre 67 %) ou d’action urgente (65 % contre 55 %).
  • La préoccupation pour la vulnérabilité d’autrui. Bien que les personnes interrogées soient confiantes dans leur propre vigilance, plus de la moitié d’entre elles (52 %) craignent que leurs amis ou leur famille ne tombent dans le piège d’un courriel frauduleux proposant une carte-cadeau ou un produit gratuit provenant d’un site d’achat en ligne. Plus d’un tiers (36 %) des personnes interrogées craignent que des enfants ou des mineurs, ainsi que des retraités, soient victimes d’escroqueries en ligne. 
  • Ce qui rend les gens suspicieux. Outre les avis concernant les commandes, les offres de produits ou les commentaires, les gens se méfient surtout des demandes de mot de passe. Les types de communication les moins suspects sont les mises à jour concernant la livraison ou l’expédition (seulement 42 % d’entre eux sont cités comme l’une des trois principales sources de suspicion), les communications marketing concernant une vente ou une nouvelle offre de produit (41 %), ou une invitation à fournir un retour d’information sur une expérience récente (37 %) – autant d’éléments qui peuvent être utilisés par les escrocs.
  • Ne pas tenir compte des signes révélateurs. Seuls 57 % déclarent s’assurer que les communications sont envoyées à partir d’une adresse électronique valide, tandis que 52 % vérifient si le nom ou le logo de l’entreprise est joint au message. Moins de la moitié des correspondants recherchent un numéro de commande (45 %) ou un numéro de compte (43 %). Seuls 33 % s’assurent que les mots sont correctement orthographiés.  

Décoder le langage de la fraude

Les escrocs essaient différentes approches pour créer des messages qui semblent authentiques et qui obligent les destinataires à agir immédiatement. L’étude Stay Secure de Visa a mis en évidence des schémas prédominants dans la langue la plus associée aux escroqueries – et la vulnérabilité des personnes interrogées dans les pays étudiés.

  • Orchestrer l’urgence : Les cybercriminels feignent souvent l’urgence pour inciter les gens à agir, par exemple en cliquant sur un lien ou en répondant à un expéditeur. Jusqu’à 40 % des personnes interrogées se laissent séduire par des messages concernant un risque de sécurité, tel qu’un mot de passe volé ou une violation de données, tandis qu’un avis émanant d’une entité gouvernementale ou des forces de l’ordre peut tromper 36 % des personnes interrogées. 
  • Partager de bonnes nouvelles : 71 % des personnes interrogées agiraient si un message comportait une accroche positive, telle que “cadeau gratuit”, “vous avez été sélectionné” ou “vous êtes un gagnant”. Les membres de la génération Z sont plus susceptibles de réagir à un cadeau (39 %) qu’à un avis du gouvernement (31 %), tandis que 44 % des personnes interrogées cliqueraient sur un lien ou répondraient à un message offrant une opportunité financière. 
  • Action requise : 60 % des personnes interrogées répondraient à des phrases demandant une action, bien qu’elles se méfient le plus des demandes de réinitialisation de leur mot de passe.

Repérer les signes : L’éducation et la sensibilisation à la lutte contre les escroqueries en action

Les consommateurs peuvent mieux se protéger en prenant quelques instants supplémentaires avant de cliquer, notamment en comprenant le langage utilisé par les escrocs. 

Des bonnes pratiques simples mais efficaces : 

  • Ne divulguez pas d’informations personnelles sur votre compte.
  • Ne cliquez pas sur des liens avant d’avoir vérifié qu’ils vous mèneront à bon port.
  • Vérifiez régulièrement les alertes d’achat, qui vous informent presque en temps réel par SMS ou par courrier électronique des achats effectués sur votre compte.
  • Appelez le numéro figurant sur les sites web des entreprises ou au dos de vos cartes de crédit et de débit si vous n’êtes pas sûr de la validité d’une communication.

Visitez la page web Stay Secure de Visa pour plus d’informations sur l’étude 2023 et découvrez le lexique de la fraude.

À propos de l’engagement de Visa à protéger l’écosystème des paiements et du commerce

Alors que la cybercriminalité persiste dans un monde de plus en plus numérique, Visa travaille sans relâche en coulisses pour garder une longueur d’avance. À l’échelle mondiale, nous avons investi plus de 10 milliards de dollars au cours des cinq dernières années dans la technologie, notamment pour réduire la fraude et renforcer la sécurité du réseau. Nous avons notamment consacré 500 millions de dollars à l’intelligence artificielle (IA) et à l’infrastructure de données, ce qui nous a permis d’alimenter 100 capacités différentes qui utilisent l’IA pour protéger nos clients. Plus d’un millier de spécialistes dédiés protègent le réseau de Visa contre les logiciels malveillants, les attaques de type “zero-day” et les menaces internes 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an. En fait, au cours de la seule année dernière, Visa a empêché de manière proactive 27,1 milliards de dollars de fraude potentielle.

###

À propos ce Visa Inc. 

Visa (NYSE : V) est un leader mondial des paiements numériques, facilitant les transactions entre les consommateurs, les commerçants, les institutions financières et les entités gouvernementales dans plus de 200 pays et territoires. Notre mission est de connecter le monde grâce au réseau de paiements le plus innovant, le plus pratique, le plus fiable et le plus sûr, permettant aux individus, aux entreprises et aux économies de prospérer. Nous croyons que les économies qui incluent tout le monde partout, élèvent tout le monde partout et considèrent l’accès comme fondamental pour l’avenir du mouvement de l’argent. Pour en savoir plus, consultez le site Visa.com.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Briser le supercycle de la dette

mai 18, 2024

Dépendre du crédit pour stimuler la demande met en péril l’économie mondiale : il faut corriger les déséquilibres sous-jacents La...

Ses partisans veulent créer des sociétés libres, égalitaires et prospères

mai 18, 2024

Quel est le rôle de l’État dans les économies modernes ? Est-il possible de créer une société plus juste sans...

La troisième édition du Festival La Marmite (FESMA) officiellement lancée

mai 17, 2024

La troisième édition du Festival La Marmite (FESMA) a été officiellement lancée ce mercredi 15 Mai 2024 en présence de...

Des transporteurs du Sahel explorent les opportunités de la PIA

mai 16, 2024

La coopération logistique avec les pays de l’hinterland pourrait bientôt connaître une nouvelle avancée. Une délégation de directeurs généraux des...