L'économiste du Togo

Créer un environnement propice aux investissements africains

Le continent doit stimuler l’investissement dans le capital humain et financier, y compris venu de son sol, pour accélérer son industrialisation durable et sa croissance, détaille Antonio Pedro, secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique.

Notant que le capital humain et le capital financier sont les principaux moteurs de l’industrialisation durable, Antonio Pedro considère qu’une grande partie de l’Afrique n’est pas sur la bonne voie pour atteindre les ODD (Objectifs de développement durable).

Pourtant, la région dispose de ressources permettant de sauver les ODD et de réaliser l’Agenda 2063. Le secrétaire exécutif (par intérim) de la CEA (Commission économique pour l’Afrique s’exprimait lors du 43e sommet de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) à Luanda, en Angola.

Les pays africains, a-t-il suggéré, devraient aligner leurs systèmes éducatifs sur les besoins du marché et de la société. De plus, Antonio Pedro a déclaré que les gouvernements devaient investir dans la science, la technologie et l’innovation afin de s’éloigner du modèle d’extraction des ressources qui caractérise la plupart des pays africains riches en minerais et d’intensifier les chaînes de valeur pour éviter le piège du revenu moyen.

L’impact des chocs mondiaux que sont les conflits, les crises climatiques, alimentaires et énergétiques, ainsi que les tensions accrues, nécessitent une position forte de l’Afrique dans l’économie géopolitique mondiale.

« Le conflit russo-ukrainien a mis à nu la fragilité des stratégies de diversification qui ne s’attaquent pas aux problèmes structurels qui compliquent notre modèle de croissance et aux questions fondamentales de la pauvreté et de l’inégalité », a déclaré Antonio Pedro, déplorant que la dépendance à l’égard des produits de base ait laissé de nombreuses économies africaines à la merci des fluctuations des prix mondiaux, des cycles d’expansion et de ralentissement, ce qui a conduit à l’instabilité macro-économique.

Appelant les pays africains à « briser ce cercle vicieux » de la dépendance à l’égard des produits de base, Antonio Pedro a souligné que la diversification des échanges était la solution pour réduire la vulnérabilité de la région aux turbulences des marchés mondiaux et à la géopolitique.

« L’écologisation de l’industrialisation est possible »

 « Le statu quo ne permettra pas d’atteindre les ODD et l’Agenda 2063, ni de réaliser l’avenir que nous souhaitons. Nous avons besoin d’un changement de paradigme dans notre approche pour accélérer le rythme de l’industrialisation, réaliser une transformation structurelle efficace et atteindre nos objectifs. »

Antonio Pedro a mis les dirigeants africains au défi d’établir un écosystème pour le changement transformationnel et le leadership qui rassemble le gouvernement, le secteur privé et d’autres parties prenantes dans des dialogues de qualité et la cocréation de solutions locales.

« Le temps que nous consacrons à la création d’un environnement favorable aux investissements étrangers devrait également être consacré à la création d’un environnement adéquat pour les investisseurs nationaux, grands et petits, car l’émergence d’un secteur des petites et moyennes entreprises fort et compétitif créera les emplois dont nous avons besoin pour les jeunes », a détaillé Antonio Pedro, appelant à ce que les politiques industrielles soient au centre des politiques de développement.

En outre, le directeur de la CEA a déclaré que les pays africains devaient aller au-delà de l’aide et élargir le financement afin de renforcer les capacités de production en mobilisant davantage de ressources nationales par le biais de fonds de pension qui sont attirés par des projets bancables.

« L’écologisation de l’industrialisation est possible et ce serait une action très intelligente, car il nous sera bientôt de plus en plus difficile d’exporter nos produits à valeur ajoutée vers des juridictions qui introduisent des frontières carbone. »

Notant que les marchés de crédits carbone peuvent soutenir l’industrialisation en Afrique, Antonio Pedro a déclaré que la RD Congo pourrait mener les efforts de la région pour monétiser les services écologiques du capital naturel afin de financer des projets structurels.

À 120 dollars la tonne de CO2 séquestrée, l’Afrique peut générer 82 milliards $ par an, soit plus que ce que le continent reçoit au titre de l’aide au développement d’outre-mer. En outre, le développement de la chaîne de valeur transfrontalière des batteries et de l’électricité entre la RD Congo et la Zambie profitera à l’Afrique australe en produisant des batteries localement et en accélérant le déploiement de l’énergie solaire et éolienne dans toute l’Afrique.

Évoquant le cas du pays hôte, Antonio Pedro a évoqué la nécessité pour l’Angola de diversifier son économie non seulement en remontant la chaîne de valeur, mais aussi en se développant dans d’autres secteurs tels que l’agriculture et l’agro-industrie.

Il a souligné l’importance de la mobilisation de ressources financières provenant de diverses sources, y compris la création d’une structure ad hoc pour permettre à l’Angola d’utiliser les fonds de pension dormants pour des projets de développement, ainsi que le développement du marché angolais du crédit carbone.

Partager

Laisser un commentaire

Catégories

Autres articles

Que dit le Rapport 2024 sur le développement durable en Afrique ?  

juillet 19, 2024

Le Rapport 2024 sur le développement durable en Afrique, présenté par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD),...

Filière café : Des réflexions pour combler l’écart entre les revenus des producteurs

juillet 18, 2024

Les 16 et 17 juillet 2024, le comité de coordination pour les filières café et cacao (CCFCC), en collaboration avec...

Finances publiques : Intégrer le dividende démographique dans le budget 2025

juillet 17, 2024

Sous l’égide de la Commission Économique pour l’Afrique (CEA), un atelier se tient du 15 au 16 juillet 2024 à...

UEMOA : La BIDC lance un emprunt obligataire vert au profit de 04 pays

juillet 16, 2024

La Banque d'Investissement et de Développement de la CEDEAO a lancé hier, lundi 15 juillet, un emprunt obligataire vert et...