L'économiste du Togo

La BID soutient le Togo avec 151 milliards FCFA

Le Togo et la Banque islamique de développement (BID) ont signé un accord en faveur de l’énergie, l’agriculture et du secteur privé. L’accord a été signé le vendredi 12 mai 2023 à Djeddah en Arabie Saoudite, entre le gouvernement togolais et l’institution financière. Ceci, en marge de la troisième journée des réunions annuelles du Groupe.

La convention porte sur un financement de 250 millions de dollars, soit plus de 151 milliards de francs CFA. Ce financement devrait être accordé via l’International islamic trade finance corporation (ITFC), membre de l’ISDB.

 A travers cet accord, la banque islamique de développement veut étendre son champ d’action aux secteurs privé, énergétique et agricole. L’accord va profiter au secteur privé togolais et va permettre de booster la croissance économique.

Le pays va pouvoir aussi accéder à des ressources financières pour faciliter les importations et exportations à travers cette convention.

En dehors de cet accord, un programme de 3 ans pour les pays d’Afrique de l’Ouest a été signé. Il est axé sur le développement des capacités en matière de facilitation des échanges, la promotion des chaînes de valeur à l’exportation, la finance islamique, le commerce électronique et le développement du secteur privé.

Il est à noter qu’une une douzaine d’accords majeurs ont été signés avec plusieurs pays par l’ITFC, dont l’Algérie et le Cameroun, ainsi que des organisations régionales telles que l’Afreximbank, qui bénéficiera d’un financement de 325 millions de dollars pour son programme UKAPFA, et la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC), qui recevra 27 millions de dollars pour répondre aux besoins de financement du commerce de ses clients du secteur privé.

L’ITFC a également conclu un mémorandum d’entente avec OCP Africa pour établir un mécanisme de financement innovant en faveur des agriculteurs du continent. Rappelons que la banque islamique de développement intervient déjà au Togo dans les secteurs de l’éducation et des infrastructures.

Pour rappel, le Groupe de la Banque islamique de développement (BID) a tenu ses assemblées annuelles à Djeddah, Royaume d’Arabie saoudite, du 10 au 13 mai 2023. Les assises se sont déroulées sous le thème : « Le Partenariat: Un impératif face aux Crises», soulignent l’importance de la collaboration pour relever les défis auxquels sont confrontés les pays membres de la BID.

 Les Assemblées annuelles du Groupe de la BID constituent une plate-forme importante pour les dirigeants du monde, les décideurs politiques, les praticiens du développement et autres parties prenantes pour se réunir et discuter des problèmes cruciaux de développement.

Au cours des réunions de cette année, s’est tenu également le Forum du secteur privé (FSP), organisé par les entités du Groupe de la BID notamment la Société islamique pour l’assurance des investissements et des crédits à l’exportation (ICIEC), la Société islamique internationale de financement du commerce (ITFC) et la Société islamique pour le développement du secteur privé (ICD).

Le FSP vise à server de plate-forme unique pour le networking, l’établissement de relations commerciales et l’exploration des opportunités d’investissement et de commerce offertes par les pays membres.

Hélène MARTELOT

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Voici le nombre exact des établissements de tourisme agrées au Togo

mai 23, 2024

Le ministère de la culture et du tourisme a publié ce 23 mai 2024 sur son compte X (ex-twitter) à...

Le franc CFA, une devise refuge malgré les critiques ?

mai 22, 2024

Cette monnaie commune à 15 pays africains, indexée à l’euro et garantie par la France, s’impose peu à peu comme...

Les effets contrastés de la technologie

mai 22, 2024

À mesure que l’intelligence artificielle se répandra, certains travailleurs y gagneront au change, alors que d’autres y perdront. Les progrès...

Briser le supercycle de la dette

mai 18, 2024

Dépendre du crédit pour stimuler la demande met en péril l’économie mondiale : il faut corriger les déséquilibres sous-jacents La...