L'économiste du Togo

Sayid Abeloko demande d’offrir les produits de finance islamique aux togolais

Sayid Abeloko, expert en finance islamique invite les banques qui sont implantées au Togo, d’offrir les produits de finance islamique à la population togolaise et surtout aux agriculteurs. C’était lors du panel sur le financement de l’agriculture à la conférence internationale de Lomé sur le financement, le 20 janvier 2023, à Lomé.

« Nous avons les banques sur la place mais aucun groupe banquier ne propose le produit de finance islamique.

 Il faut savoir qu’en matière de finance islamique, l’Etat togolais a fait le maximum. A partir du moment où l’Etat togolais a fait son effort pour réguler, il revient aux banques de prendre la relève et de fournir les produits de finance islamique à la population togolaise pour leur activité agricole », a indiqué M. Abeloko. 

A l’en croire, les produits de finance islamique sont très attrayants pour le secteur agricole et aujourd’hui, ils n’ont aucune banque togolaise qui propose ces financements islamiques aux togolais. « Evidemment l’Etat togolais bénéficie de soutien de la banque islamique de développement mais là, c’est au niveau étatique.

 L’Etat emprunte de l’argent à la banque, et l’Etat finance son économie par l’argent qu’il emprunte à la banque », a-t-il expliqué. Il poursuit en disant que la banque islamique de développement ne finance que les Etats.

 « Il revient maintenant aux banques commerciales qui sont installés au Togo, de se former et d’ouvrir les départements de finance islamique dans leur banque, et pour pouvoir proposer aux togolais, ces produits bénéfiques pour le développement de leurs activités », a précisé l’expert en finance islamique.

 La différence entre la finance islamique et le financement conventionnel selon M. Abeloko est qu’en finance islamique, il faut avoir un actif subjacent pour avoir un financement alors qu’en finance conventionnel, on prête de l’argent pour de l’argent. 

« Un particulier par exemple, qui veut acheter un tracteur pour son champ et qui n’a pas les moyens, peut aller à la banque islamique de développement et leur parler de son besoin d’acheter un tracteur. La banque lui demande le type de tracteur qu’il veut et ses caractéristiques. 

La banque va elle-même, chercher un tracteur qui correspond à la demande de son client, acheter et le lui donné. En aucun moment, l’agriculteur n’a vu ni touché l’argent. Il travail et la banque lui fait signer un contrat de vente qui mentionne le montant à rembourser et le délai de paiement », a expliqué Sayid Abeloko.

 Il est à noter que la commission de l’UEMOA qui a autorisé la pratique de la finance islamique dans la région de l’Afrique de l’Ouest. Ceci, pour permettre aux agriculteurs de ses pays de pouvoir avoir accès à ces produits.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les  géants du transport maritime rejoignent le port sec de la PIA

février 29, 2024

Le port sec de la Plateforme industrielle d’Adetikopé (PIA) enregistre l’arrivée d’acteurs de poids du transport maritime mondial. L’Italo-suisse MSC,...

30 millions de tonnes de marchandises manutentionnées en 2023 au port de Lomé

février 21, 2024

Dans le détail, 8.912.225 tonnes ont été importées, soit une augmentation de 10,45%, tandis que les exportations se sont établies...

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

février 19, 2024

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et Google ont signé, le lundi 19 février, un protocole d'accord en marge de...

Le Togo est parmi les 11 pays à forte croissance économique en 2024

février 19, 2024

L’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie. La croissance du produit intérieur brut...