L'économiste du Togo

Sécurité maritime: le Togo installe le système AIS 2.0

Le Togo innove en matière de sécurité maritime avec l’installation du système d’identification automatique AIS 2.0 sur le navire BITU ATLANTIQUE. Ce dispositif de pointe permet de détecter à distance l’identité des bateaux, aussi bien en mer que sur terre, et constitue un élément essentiel pour la sécurité de la navigation maritime.

L’AIS 2.0 facilite l’échange de données entre les embarcations et la capitainerie, renforçant ainsi la coordination et la surveillance des activités maritimes. Cette innovation technologique contribuera à prévenir les accidents et les incidents en mer, tout en améliorant la gestion du trafic maritime.

Le ministre de l’économie maritime, de la pêche et de la protection côtière Kokou Edem Tengue lors de sa visite a exprimé sa satisfaction quant à l’impact positif que ce dispositif aura sur l’économie du pays, notamment en renforçant la compétitivité du secteur et en attirant de nouveaux investissements.

L’installation de l’AIS 2.0 sur le navire BITU ATLANTIQUE marque une étape clé de la dynamique du Togo qui œuvre pour un secteur maritime sûr et performant en phase avec les normes internationales et les exigences du marché mondial.

Le système automatique d’identification (AIS) des navires est un outil destiné à accroitre la sécurité de la navigation et l’efficacité de la gestion du trafic maritime. Son utilisation renforce à la fois la sécurité et la sureté maritime. Le système AIS utilise un transpondeur qui émet et reçoit en VHF.

Il inclut également un récepteur GPS qui recueille la position et les détails du mouvement. L’émission/réception se fait en continu et de façon autonome.

Il transmet aussi bien des informations statiques d’identification et de type sur le navire et des informations dynamiques de position, que des informations relatives au voyage sur la nature de la cargaison et les ports de départ et de destination.

En moyenne, un navire envoie un message AIS de 50 octets toutes les 6 secondes contenant notamment ses identifiants (n° IMO et MMSI), sa position GPS, sa trajectoire, sa vitesse et son cap ainsi que des données statiques caractérisant le navire et sa cargaison.

Les autres navires et les stations terrestres sont en mesure de recevoir cette information, de la traiter à l’aide d’un logiciel spécifique et d’afficher les positions des navires sur un traceur ou sur l’écran d’un ordinateur. Le système fonctionne en mode navire-navire, comme en mode navire-terre.

Généralement, les navires reçoivent des informations dans un rayon de 15-20 miles nautiques. Les stations terrestres situées à une altitude plus élevée peuvent étendre ce rayon jusqu’à 40-60 miles, selon les obstacles et les conditions météorologiques.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les  géants du transport maritime rejoignent le port sec de la PIA

février 29, 2024

Le port sec de la Plateforme industrielle d’Adetikopé (PIA) enregistre l’arrivée d’acteurs de poids du transport maritime mondial. L’Italo-suisse MSC,...

30 millions de tonnes de marchandises manutentionnées en 2023 au port de Lomé

février 21, 2024

Dans le détail, 8.912.225 tonnes ont été importées, soit une augmentation de 10,45%, tandis que les exportations se sont établies...

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

février 19, 2024

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et Google ont signé, le lundi 19 février, un protocole d'accord en marge de...

Le Togo est parmi les 11 pays à forte croissance économique en 2024

février 19, 2024

L’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie. La croissance du produit intérieur brut...