L'économiste du Togo

Togo: 4 millions d’euros pour mini-réseaux électriques dans 317 localités 

 

Le Conseil d’administration du Fonds africain de développement (FAD) a donné son feu vert, le 15 décembre 2022, à Abidjan, pour un appui financier de 3,73 millions d’euros au Togo pour aider le pays à développer des mini-réseaux électriques dans 317 localités.

Le financement est destiné à la phase préparatoire du Projet d’électrification rurale de 317 localités par mini-réseaux solaires au Togo et se compose d’un prêt de 2,73 millions d’euros du Fonds africain de développement, le guichet de prêts à taux préférentiels du Groupe de la Banque africaine de développement, et d’un don d’un million de dollars américains du Fonds pour l’énergie durable en Afrique (SEFA).

 Le projet va permettre au gouvernement togolais de se préparer à développer des projets de mini-réseaux verts en mettant en amont en place, des sociétés du projet de mini-réseaux, dans lesquels l’État sera en mesure d’apporter, parallèlement avec le secteur privé, une contribution en fonds propres.

 Il s’agit aussi d’apporter une assistance technique pour renforcer les capacités de l’organe d’exécution du projet. 

« Avec ce nouveau projet et le financement de la Banque africaine de développement, nous partageons une forte ambition, celle d’électrifier 317 localités rurales.

 L’appui de la Banque permettra de catalyser le financement de secteur privé pour rendre l’électricité disponible dans les zones cibles desservies dans les cinq régions que compte le Togo », a souligné Robil Nassoma, le directeur général de l’Agence togolaise d’électrification rurale et des énergies renouvelables. 

Le directeur du Département des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique du Groupe de la Banque africaine de développement, Dr. Daniel Schroth a déclaré pour sa part : « A travers ce projet, la Banque veut soutenir l’objectif du pays de parvenir à un accès universel à l’électricité d’ici 2030. 

Ce projet permettra d’accroître la croissance économique et de réduire l’impact négatif sur l’environnement, par l’augmentation de l’énergie renouvelable au Togo en catalysant les investissements du secteur privé dans l’accès à une énergie propre et durable pour les populations rurales mal desservies du Togo ». 

Cette phase du projet ouvre la voie à une mise en œuvre réussie de la phase d’investissement en aval, au cours de laquelle la Banque africaine de développement, le Fonds pour l’énergie durable en Afrique, et autres bailleurs vont financer les projets au moyen de ressources concessionnelles. 

Ils stimuleront ainsi la participation du secteur privé, qui devrait contribuer, à hauteur de 30 %, au projet d’investissement dans les mini-réseaux verts du Togo. 

« En stimulant le financement du secteur privé et en améliorant à la fois l’électrification et la résilience climatique, le projet aura un impact positif sur les groupes les plus vulnérables dans les zones rurales au Togo », a conclu Wilfrid Abiola, responsable pays de la Banque africaine de développement au Togo. 

Le 30 novembre 2022, le portefeuille actif de la Banque africain de développement au Togo comportait 17 opérations avec un financement total de 298,36 millions d’euros.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les  géants du transport maritime rejoignent le port sec de la PIA

février 29, 2024

Le port sec de la Plateforme industrielle d’Adetikopé (PIA) enregistre l’arrivée d’acteurs de poids du transport maritime mondial. L’Italo-suisse MSC,...

30 millions de tonnes de marchandises manutentionnées en 2023 au port de Lomé

février 21, 2024

Dans le détail, 8.912.225 tonnes ont été importées, soit une augmentation de 10,45%, tandis que les exportations se sont établies...

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

février 19, 2024

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et Google ont signé, le lundi 19 février, un protocole d'accord en marge de...

Le Togo est parmi les 11 pays à forte croissance économique en 2024

février 19, 2024

L’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie. La croissance du produit intérieur brut...