L'économiste du Togo

Togo-Burkina Faso : Vers des communautés de karité résilientes au climat

L’Alliance Globale du Karité (AGK) annonce la signature d’un accord avec le Fonds africain pour le changement climatique (ACCF) du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) pour mobiliser plus de 1,3 million USD afin de promouvoir la résilience climatique au Togo et au Burkina Faso.

L’Alliance Globale du Karité (AGK) a signé un accord d’une valeur de 996 700 USD avec le Fonds africain pour le changement climatique de la Banque africaine de développement (BAD) pour la réalisation d’un projet de deux ans intitulé « Vers des communautés de karité résilientes au climat au Togo et au Burkina Faso. » L’AGK apporte un cofinancement supplémentaire de 400 000 USD au projet.

Rita Effah, coordinatrice de l’ACCF à la BAD, a déclaré dans un communiqué de presse que « le karité est un produit alimentaire et cosmétique mondial qui fournit des moyens de subsistance aux communautés africaines.

 Il est important de protéger sa chaîne d’approvisionnement en renforçant la résilience climatique et en donnant des moyens économiques aux petits exploitants agricoles, en particulier aux femmes qui collectent et transforment le karité.

 Ce projet au Togo et au Burkina Faso renforcera la résilience des communautés et aidera à s’attaquer aux causes profondes des inégalités entre les sexes et aux impacts du changement climatique dans la zone du projet. La lutte contre les inégalités de genre est au cœur de la lutte contre le changement climatique en Afrique. »

Réduire la vulnérabilité climatique de 7 500 femmes collectrices de karité

Le projet réduira la vulnérabilité climatique de 7 500 femmes collectrices de karité et de leurs communautés (plus de 30 000 personnes) au Togo et au Burkina Faso en augmentant les revenus générés par des activités comme le karité et l’apiculture et en améliorant les pratiques de gestion des parcs dirigées par les communautés.

 « Le climat joue un rôle important dans la vie des femmes en milieu rural car il affecte de manière significative la plus importante source d’emploi pour elles, l’agriculture », a déclaré Simballa Sylla, président de l’AGK.

« Alors que l’AGK fait beaucoup pour atténuer ces problèmes et diversifier les sources de revenus des femmes dans le karité, nous sommes heureux d’obtenir plus de soutien à travers ce projet et de travailler avec le Groupe de la Banque africaine de développement pour fournir des solutions adaptées et transformatrices de genre pour la résilience climatique. »

Renforcer les capacités des communautés

L’objectif est de donner aux communautés locales les moyens d’acquérir les compétences, les connaissances et les ressources dont elles ont besoin pour parvenir à une production durable de karité et accéder à d’autres moyens de subsistance grâce à des pratiques de transformation respectueuses du climat. Pour atteindre cet objectif, le renforcement des capacités et l’équipement seront fournis pour renforcer le sens des affaires des femmes collectrices de karité et améliorer la capacité de leurs communautés à restaurer et maintenir les parcs à karité au Burkina Faso et au Togo.

À propos de l’AGK

L’Alliance Globale du Karité est une association industrielle à but non lucratif qui compte 663 membres dans 38 pays, dont des groupements de femmes, des marques et des détaillants, des fournisseurs et des ONG. Grâce aux partenariats public-privés, l’AGK promeut la durabilité de l’industrie, les pratiques et les normes de qualité, ainsi que la demande de karité dans l’alimentation et les cosmétiques.

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) est la première institution de financement du développement en Afrique. Il comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds fiduciaire du Nigeria (FSN). Présente sur le terrain dans 44 pays africains et disposant d’un bureau extérieur au Japon, la BAD contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 États membres régionaux.

A propos de l’ACCF

Le Fonds africain pour le changement climatique (ACCF ou Fonds) est un fonds fiduciaire multi-bailleurs bien positionné pour contribuer à la réalisation de l’objectif de la Banque africaine de développement (BAD) de tripler ses efforts de financement climatique et de favoriser sa volonté de rendre l’Afrique résiliente au changement climatique.

La BAD a créé l’ACCF en avril 2014 avec une contribution initiale de 4 725 millions d’euros du gouvernement allemand pour soutenir les pays africains dans le renforcement de leur résilience aux impacts négatifs du changement climatique et la transition vers une croissance durable à faible émission de carbone.

L’ACCF a été converti en un fonds fiduciaire multi-bailleurs en 2017 avec des contributions des gouvernements de Flandre, de Belgique et d’Italie. Affaires mondiales Canada et le gouvernement du Québec ont rejoint le Fonds en 2020 et le Centre Global sur l’Adaptation, la République d’Irlande et le ministère fédéral des Finances de l’Autriche en 2022. Le montant actuel du fonds est de 28,8 millions de dollars américains.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les  géants du transport maritime rejoignent le port sec de la PIA

février 29, 2024

Le port sec de la Plateforme industrielle d’Adetikopé (PIA) enregistre l’arrivée d’acteurs de poids du transport maritime mondial. L’Italo-suisse MSC,...

30 millions de tonnes de marchandises manutentionnées en 2023 au port de Lomé

février 21, 2024

Dans le détail, 8.912.225 tonnes ont été importées, soit une augmentation de 10,45%, tandis que les exportations se sont établies...

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

février 19, 2024

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et Google ont signé, le lundi 19 février, un protocole d'accord en marge de...

Le Togo est parmi les 11 pays à forte croissance économique en 2024

février 19, 2024

L’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie. La croissance du produit intérieur brut...