L'économiste du Togo

Tribune: La main de fer du franc CFA

Cette monnaie datant de l’époque coloniale limite la liberté économique des pays africains qui l’utilisent et les soumet à l’autorité continue de la France.

La pauvreté et l’instabilité de l’Afrique sont généralement attribuées à des causes internes au continent : corruption, mauvaise gestion, surpopulation et manque de savoir-faire entrepreneurial.

« Le changement doit venir principalement de l’intérieur », a écrit l’économiste du développement d’Oxford Paul Collier dans The Bottom Billion : Why the Poorest Countries Are Failing and What Can Be Done About It (2007).

Avec d’autres, l’auteur appelle à une augmentation de l’aide étrangère, à la formation des soldats de la paix et du personnel militaire, au planning familial, à l’éducation des filles, aux moustiquaires contre le paludisme, à de nouvelles incitations économiques, et à bien d’autres choses encore. Mais comme des graines jetées dans le paysage sahélien, ces propositions, même lorsqu’elles ont été mises en œuvre, n’ont pas réussi à produire une croissance économique soutenue et significative.

La suppression du système CFA ne conduira peut-être pas à un cycle vertueux de croissance économique et de réduction de la corruption et de la violence, mais les populations africaines assiégées n’ont rien à perdre à voir si c’est le cas.

Deux nouveaux livres, La dernière monnaie coloniale de l’Afrique par la journaliste française Fanny Pigeaud et l’économiste sénégalais Ndongo Samba Sylla et The CFA Franc Zone de l’ancien fonctionnaire de la Banque mondiale, Ali Zafar, traitent d’un facteur que la plupart des experts négligent : le système CFA, une structure monétaire qui régit les économies de quatorze pays africains, pour la plupart d’anciennes colonies françaises.

Tous les pays africains en difficulté ne sont pas soumis au système CFA, mais comme le montre Ali Zafar de manière concise, ceux qui le sont  tendance à avoir des taux de croissance économique plus faibles, des taux de pauvreté plus élevés et une corruption plus grave que les autres pays africains. En pourcentage du PIB, ils investissent moins dans les services publics et offrent aux entreprises beaucoup moins de crédit privé. 

Les pays africains qui ne sont pas membres du CFA sont soumis à des conditions similaires, quoique légèrement moins draconiennes, imposées par le FMI, de sorte que le système CFA illustre de manière particulièrement claire un problème qui touche l’ensemble de l’Afrique subsaharienne.

Une marge de manœuvre limitée

La valeur de pratiquement toutes les autres monnaies mondiales fluctue en fonction de facteurs tels que la situation économique du pays et les crises politiques telles que les guerres. 

Les banques centrales des pays riches, comme la Réserve fédérale américaine, la Banque d’Angleterre et la Banque de France, ajustent également la valeur de leur monnaie en augmentant ou en réduisant les taux d’intérêt ou en imprimant de nouveaux billets de banque. 

En cas d’urgence, comme une sécheresse ou une pandémie, les pays dont la monnaie est flexible peuvent imprimer de l’argent pour aider la population et les entreprises à survivre et pour assurer le fonctionnement des services publics, comme l’ont fait les États-Unis lorsque le Covid-19 a frappé.

Les pays de la zone CFA ne peuvent pas faire cela. Depuis sa création, le franc CFA a subi quelques dévaluations brutales et douloureuses, mais sa valeur est restée inchangée d’une année sur l’autre. 

Cela garantit que l’argent que ces pays pauvres utilisent pour acheter du pétrole et payer les intérêts des prêts accordés par le FMI et d’autres banques internationales conserve sa valeur. 

Cependant, cela empêche également leurs gouvernements d’utiliser le système monétaire pour lever des fonds afin d’améliorer les soins de santé, l’éducation, les transports, le réseau électrique et d’autres biens publics susceptibles de favoriser le développement. Les projets de loi de Joe Biden sur les infrastructures et sur la reconstruction seraient inconcevables dans ces pays.

Le système CFA élimine presque totalement l’inflation, qui peut être ruineuse pour les pauvres. 

Pourtant, certains économistes affirment que les économies africaines peuvent en fait tolérer des taux d’inflation plus élevés que les économies occidentales. Alors qu’une inflation élevée a tendance à être néfaste dans les pays riches où la plupart des gens sont des consommateurs, des taux d’inflation allant jusqu’à 12 % ont été associés à la croissance économique dans les pays pauvres.

Les dévaluations stratégiques ont aidé des pays comme le Vietnam, où un dollar vaut désormais 23 000 dongs, à rester compétitif.

Pour défendre le franc CFA, The Economist note qu’ « au cours des 50 dernières années, l’inflation a été en moyenne de 6 % en Côte d’Ivoire, qui utilise le franc CFA, mais de 29 % au Ghana voisin », qui ne l’utilise pas.

Répression politique

Ce que The Economist ne mentionne pas, c’est qu’aujourd’hui, seuls 13 % des Ghanéens vivent dans l’extrême pauvreté, contre près de 30 % des Ivoiriens. Le Ghana a également reçu beaucoup plus d’investissements directs étrangers que la Côte d’Ivoire, même si sa monnaie n’est pas instantanément convertible en euros, comme l’est le franc CFA. 

Cette convertibilité facile est aussi un handicap : entre 1970 et 2010, la Côte d’Ivoire a perdu environ 40 milliards de dollars à cause de la fuite des capitaux, ce qui signifie que le peu de revenus gagnés dans le pays a été beaucoup moins investi dans le développement. 

Selon l’économiste des Nations unies Janvier Nkurunziza, garder cet argent en Côte d’Ivoire aurait pu accélérer la réduction de la pauvreté de 10 % par an.

La valeur du franc CFA est gérée par deux banques régionales. Lorsque les réserves monétaires d’un pays diminuent, peut-être en raison d’une baisse de la valeur des exportations ou d’une crise nécessitant une augmentation des dépenses publiques, les banques régionales ordonnent à son gouvernement de réduire les dépenses publiques et de resserrer le crédit. 

Cela signifie qu’au moment où un pays a besoin d’argent pour amortir les effets d’un choc, il n’est pas en mesure d’en lever.

Pour maintenir le taux de change, les banques régionales veillent également à ce que les banques commerciales des pays CFA fixent des conditions d’emprunt strictes, avec des taux d’intérêt élevés et des exigences de garantie importantes pour les prêts aux entreprises.

En conséquence, les banques du Niger, l’un des pays les plus pauvres du monde, prêtent de l’argent à des taux d’intérêt allant jusqu’à 27 % ; selon l’USAID, seul un pour cent de la population a accès au financement d’une institution de prêt formelle.

L’an an dernier, j’avais espéré me rendre au Niger pour mieux comprendre ce que c’était que de vivre dans un système financier aussi restrictif. 

J’ai donc organisé des entretiens vidéo avec une douzaine de Nigériens d’origines diverses qui ont témoigné de la façon dont l’absence de crédit avait été ruineuse pour eux.

Rahanna, âgée de trente-cinq ans, tenait un profitable stand de nourriture vendant des beignets frits et de la bouillie de millet dans la ville agricole de Madarumpha.

En 2017, les criquets ont déferlé, dévorant des champs entiers en une nuit. Les marchés se sont presque vidés et les prix de ce qui restait ont grimpé en flèche. Pour maintenir son activité, Rahanna a emprunté de l’huile, du kérosène et d’autres fournitures à un grossiste, mais celui-ci a exigé le remboursement avant que son activité ne soit rétablie. Quelques jours plus tard, des agents de la force publique se sont présentés à sa porte et lui ont pris tout ce qu’elle possédait : vêtements, ustensiles de cuisine, lit. 

Alors que la famine s’installe, plusieurs membres de la famille de Rahanna succombent à la maladie ; une simple fièvre peut vous tuer lorsque vous êtes mal nourri.

Dettes interdites

Aujourd’hui, Rahanna vit dans une décharge d’un bidonville de Niamey, la capitale du Niger. 

Elle a construit une petite cabane avec des sacs en plastique et d’autres déchets et gagne environ deux dollars par jour en triant des tas d’ordures pour trouver du plastique qu’elle vend à des entreprises de recyclage. 

Elle peut envoyer une partie de cette somme à sa famille à Madarumpha. 

Lorsque je lui ai parlé, elle souhaitait rentrer chez elle et reprendre son activité, mais elle avait besoin de 40 dollars pour rembourser sa dette…

Abdulahi dirigeait l’une des plus grandes agences de voyages du Niger, organisant des billets d’avion pour des ONG, des équipes sportives et des agences gouvernementales. 

Il m’a raconté qu’en 2016, il avait remporté un contrat avec le gouvernement pour transporter trois mille pèlerins à La Mecque pour le Hajj annuel, mais que, pour des raisons complexes, le gouvernement avait décidé d’annuler ce contrat.

Malheureusement, il avait déjà affrété un avion, engagé l’équipage et réservé l’hébergement des pèlerins, le tout avec des acomptes non remboursables s’élevant à plus d’un million de dollars. 

En attendant l’indemnisation du gouvernement, il a obtenu un autre contrat pour l’achat de billets d’avion pour l’équipe nationale de football. 

Ayant perdu la quasi-totalité de son capital dans le fiasco du Hadj, il a emprunté de l’argent à une connaissance et a acheté les billets bien à l’avance et à un bon prix. Un prêt bancaire aurait été assorti d’un taux d’intérêt de 18 %, et d’une garantie qu’il ne possédait pas.

En fait, la connaissance d’Abdulahi travaille pour une agence de voyages rivale, et elle a exigé le remboursement du prêt avant que l’équipe de football ne paie Abdulahi. 

Au Niger, on peut être emprisonné pour dettes, et Abdulahi a passé six mois derrière les barreaux. Presque toutes les personnes qu’il a rencontrées là-bas avaient également été emprisonnées pour dettes.

Entre 2010 et 2017, près d’un million de migrants ont quitté l’Afrique subsaharienne pour l’Europe. 

Les effets du changement climatique sur les communautés agricoles ont été largement mis en cause, mais selon Jesse Ribot, géographe à l’université américaine, qui étudie ces communautés depuis des décennies, la sécheresse, les criquets et autres catastrophes naturelles ne sont pas les principales raisons pour lesquelles les gens quittent le Sahel.

Des projets pilotés de loin

Le réchauffement de la planète crée déjà des conditions météorologiques instables, mais le Sahel est devenu plus vert au cours des dernières décennies, car les sécheresses sévères des années 1970 et 1980 se sont atténuées et de nouvelles méthodes de sylviculture ont été introduites.

Comme la famille Joad dans Les raisins de la colère de John Steinbeck, les pauvres du Niger sont ruinés non pas par la nature mais par les banquiers.

Chaque année, l’Europe consacre environ 25 milliards de dollars à l’aide au développement en Afrique, et les États-Unis et d’autres donateurs injectent des milliards supplémentaires. Une grande partie de cet argent est consacrée à la formation professionnelle, à la création de petites et moyennes entreprises, à l’agriculture durable et à d’autres projets visant à stimuler l’activité économique. Malheureusement, les résultats sont souvent décevants. 

La plupart des projets soutenus par le Fonds fiduciaire de l’UE pour l’Afrique ont créé très peu d’emplois, selon son propre site web.

L’une des raisons est que les projets sont généralement gérés par des Européens, qui les visitent rarement. 

Par exemple, un projet de transformation de noix de cajou soutenu par l’UE au Mali s’est effondré lorsque l’équipement est tombé en panne et que les noix de cajou se sont gâtées. 

Les Maliens n’ont rien pu faire parce que les finances étaient contrôlées par des gestionnaires européens dont l’attention était ailleurs. Les marchés et les chaînes d’approvisionnement volatiles de l’Afrique ne peuvent être négociés que par des personnes ayant un intérêt personnel dans la réussite d’une entreprise. 

Comme les économistes soviétiques l’ont appris à leurs dépens, la planification d’en haut fonctionne rarement.

Si le système CFA est si onéreux, pourquoi les dirigeants africains ne le suppriment-ils pas ? 

Comme le démontrent Pigeaud et Sylla, beaucoup ont essayé et l’ont payé cher, parfois au péril de leur vie.

La main de fer de la France sur ses anciennes colonies et ses complots  souvent mortels contre des dirigeants africains populaires de gauche ont été richement documentés par des auteurs tels que François-Xavier Verschave  et dans le film Françafrique (2010) de Patrick Benquet. Pigeaud et Sylla démontrent que la préservation du CFA a été une motivation cruciale pour la France dans ces complots.

L’emprise de la France

Les problèmes ont commencé très tôt dans le processus de décolonisation. 

En août 1958, deux mois avant l’indépendance, le futur président de la Guinée-Conakry, Ahmed Sékou Touré, a déclaré au président français Charles de Gaulle qu’il souhaitait que la Guinée reste dans le système CFA, mais qu’il voulait aussi que l’économie soit moins soumise au contrôle de la France afin que son gouvernement puisse conclure des accords commerciaux indépendants. 

La France a refusé de négocier la question. En septembre, un référendum est organisé au cours duquel les Guinéens votent massivement contre l’adhésion à la Communauté française, une alliance d’anciennes colonies françaises. 

Dès l’annonce du résultat, les Français retirent les réserves monétaires de la Guinée, réduisent les pensions des soldats ayant participé à la Seconde Guerre mondiale et commencent à démanteler le réseau électrique.

Ils ont même tenté de bloquer l’adhésion de la Guinée à l’ONU.

Les négociations sur le CFA se sont poursuivies pendant deux ans, jusqu’à ce que, en 1960, Touré crée une nouvelle banque centrale guinéenne et lance une nouvelle monnaie guinéenne. 

La France réagit en soutenant des mercenaires locaux pour menacer son régime et en déversant de faux billets de banque guinéens dans l’économie, provoquant son effondrement. 

La paranoïa de Touré s’en trouve exacerbée et il se lance dans un programme de torture et d’assassinat à grande échelle, en particulier d’intellectuels soupçonnés de travailler pour la France.

Des problèmes similaires ont surgi au Mali lorsque le président Modibo Keïta, préoccupé par le fait que le CFA étouffait la diversification de l’économie, a lancé un nouveau franc malien en 1962. 

D’autres pays membres du CFA ont restreint leurs échanges avec le Mali et les commerçants maliens ont organisé des manifestations devant l’ambassade de France, scandant « Vive la France ! Vive de Gaulle ! » Ils ont été arrêtés, accusés de collusion avec la France –ce qui était probablement le cas – et emprisonnés.

Au Togo, à la même époque, le président Sylvanus Olympio, diplômé de la London School of Economics et ancien directeur d’Unilever-Togo, a également demandé plus de flexibilité dans l’émission de crédits.

Dans un premier temps, les Français ont refusé, mais en septembre 1962, ils ont semblé disposés à l’accepter, et un accord entre le Togo et la France pour un nouveau franc togolais et une banque centrale a été conclu. 

Mais cet accord n’a jamais été mis en œuvre.

Les ravages de la corruption

Quatre mois plus tard, en janvier 1963, Olympio est abattu par des soldats togolais ayant servi dans l’armée française. 

Le ministre de l’intérieur d’Olympio accuse la France d’avoir organisé son assassinat.

Les archives françaises et américaines concernant cette affaire restent fermées.

L’assassinat en 1987 du président du Burkina Faso, Thomas Sankara, pourrait également avoir été en partie motivé par sa critique du franc CFA ;  la veuve de Sankara a accusé la France d’être complice de sa mort.

Le président nigérien Hamani Diori et le président ivoirien Laurent Gbagbo, tous deux sceptiques à l’égard du CFA, ont également été renversés avec l’aide de la France, respectivement en 1974 et en 2011.

Peu de ces chefs d’État anti-CFA étaient des démocrates modèles, mais la menace constante de l’ingérence française et l’entrave à l’économie de leurs pays par le système CFA ont sans doute contribué à favoriser leur tendance à recourir à la répression.

En tout état de cause, les copains des Français qui ont pris le pouvoir à leur place ont également bafoué les droits de leurs peuples en toute impunité, et certains continuent de le faire aujourd’hui.

Le système CFA strict, avec ses restrictions sur les dépenses publiques et les prêts bancaires, peut sembler être un bon moyen de contrôler la croissance de l’Afrique.

La corruption ne fait qu’empirer les choses. Dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, il est pratiquement impossible de survivre sans subir  l’extorsion de paiements pour des services publics tels que les soins de santé et l’éducation, qui sont censés être gratuits. 

Ces comportements sont facilités par des fonctionnaires qui pratiquent le favoritisme dans l’attribution des contrats et des postes, créent des retraités fantômes, de faux percepteurs d’impôts et des pénuries d’articles pour extorquer des pots-de-vin, falsifient des documents officiels, et facilitent la « fuite » d’articles dans les hôpitaux. 

Le Sahel est aujourd’hui une plaque tournante du trafic de stupéfiants et même de bébés à adopter.

Le cours du diamant

« Les transactions corrompues ont leurs codes et leurs règles pratiques, leur décorum et leur étiquette », écrivent les anthropologues Giorgio Blundo et Jean-Pierre Olivier de Sardan dans Everyday Corruption and the State : Citizens and Public Officials in Africa (2006). 

Il faut soudoyer la sage-femme sous peine de mourir en couches ; il faut soudoyer le fonctionnaire si l’on veut être retenu pour un contrat ; il faut payer un tribut au chef si l’on veut bénéficier de projets de développement.

Les gens se plaignent rarement parce que tout le monde comprend que la corruption maintient l’écheveau de relations qui permet d’éviter la misère.

Si l’enseignante ou la policière sous-payée n’acceptait pas de pots-de-vin, elle ne pourrait pas nourrir ses enfants ; si le juge riche ne faisait pas de même, il laisserait tomber sa grande famille élargie et d’autres personnes qui dépendent de lui pour obtenir des aides afin de payer les soins de santé d’urgence, les frais de scolarité, les fonds nécessaires à la création d’une entreprise et d’innombrables autres dépenses. 

Dans ces sociétés, il est honteux pour une personne riche d’avoir des parents pauvres. 

Lorsque l’agence de voyages d’Abdulahi était florissante, il m’a dit qu’il faisait vivre directement une quarantaine de personnes, plus les personnes qui dépendaient d’elles, et ainsi de suite.

Le politologue Jean-François Bayart a comparé les relations de corruption interconnectées et interdépendantes de l’Afrique à des rhizomes.

Ce qu’il n’a pas mentionné, c’est que le rhizome de la corruption s’étend à la France elle-même.

Des enquêteurs français ont révélé que des dictateurs du Gabon et d’autres États de la zone CFA riches en pétrole ont versé des pots-de-vin à des hommes politiques français, dont les anciens présidents Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. 

Après avoir été renversé par un coup d’État soutenu par la France, Jean-Bedel Bokassa, qui se faisait appeler empereur de la République centrafricaine, a révélé qu’en 1973, il avait offert à Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre français des finances (et plus tard président), une « assiette de diamants » en guise de cadeau d’anniversaire. Giscard a affirmé les avoir vendus et avoir fait don de l’argent à un hôpital de la République centrafricaine.

L’opposition au système CFA s’est accrue ces dernières années, entraînant des manifestations de rue dans de nombreux pays. 

En Afrique de l’Ouest, des entreprises appartenant à des Français ont vu leurs vitres brisées et des bâtiments incendiés. 

Pour détourner l’indignation populaire, le président français Emmanuel Macron et le dirigeant ivoirien Alassane Ouattara ont annoncé en décembre 2019 un plan de réforme du système CFA dans huit pays d’Afrique de l’Ouest, dont le Niger, la Côte d’Ivoire et le Sénégal. 

Jusqu’alors, 50 % des réserves monétaires de ces pays étaient détenues dans des « comptes d’opérations » au sein du Trésor français, un arrangement apparemment profitable pour la France.

Par exemple, en 2014, la France a versé aux pays CFA un intérêt de 0,75 % sur leurs comptes d’opérations, bien en dessous du taux de base en vigueur en France, qui se situait alors entre 0,92 % et 2,38 %. 

Les Africains ont donc effectivement payé la France pour qu’elle conserve leur argent.

Il est possible que la France ait réinvesti cet argent et empoché le profit. Nous n’en sommes pas sûrs car la politique française interdit la divulgation de cette information, même aux dirigeants des pays dont l’argent a été utilisé.

Les gouvernements de la zone  CFA n’étaient pas non plus autorisés à investir cet argent ailleurs ou à l’utiliser comme garantie pour des prêts.

Parfois, les intérêts dérisoires que les Africains recevaient étaient transformés en prêts au développement, que les pays devaient ensuite rembourser à la France.

D’autres voies

Le Wall Street Journal a célébré les réformes Macron-Ouattara lorsqu’elles ont été annoncées il y a trois ans, mais d’autres les ont perçues comme faisant partie d’une nouvelle opération sournoise de la France.

La valeur du franc CFA est toujours liée à l’euro et les prêts bancaires sont toujours aussi difficiles à obtenir. 

Les réserves monétaires de l’Afrique de l’Ouest ne sont plus détenues par le Trésor français, mais on ne sait pas exactement où elles se trouvent, ni si elles rapportent quelque chose, et si oui, combien. 

Pour le dollar, la livre et l’euro, ces informations sont publiques, mais lorsque j’ai demandé aux responsables de la BCEAO à Paris et à Dakar, au Sénégal, où se trouvaient les réserves CFA de l’organisation et combien elles rapportaient, je n’ai reçu aucune réponse.

Dans The CFA Franc Zone, Ali Zafar présente une nouvelle alternative au système CFA. 

Les détails sont complexes, mais l’essentiel est que la zone du franc CFA soit une zone de libre-échange.

Les pays de la zone CFA actuelle pourraient être divisés en groupes ayant des économies similaires – par exemple, les producteurs de pétrole dans un groupe et les importateurs de pétrole dans un autre. 

Chaque groupe aurait sa propre monnaie, dont la valeur fluctuerait par rapport aux autres monnaies mondiales. 

Les fluctuations seraient gérées par les économistes africains de manière à avantager leur groupe de pays. 

L’inflation pourrait augmenter quelque peu, mais des prêts plus libres ouvriraient des opportunités, de sorte que les économies pourraient croître et que moins d’entrepreneurs comme Rahanna et Abdulahi finiraient dans des décharges ou derrière les barreaux. 

La survie d’un plus grand nombre d’entreprises pourrait entraîner une augmentation de l’assiette fiscale, ce qui permettrait d’accroître les investissements publics dans les infrastructures et, partant, d’attirer les investissements étrangers.

C’est essentiellement ce qui s’est passé en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale et en Chine dans les décennies qui ont suivi 1980, lorsque le crédit bon marché a stimulé l’expansion de toute l’économie.

L’augmentation des recettes fiscales permettrait également à l’État de mieux rémunérer les enseignants, la police et les infirmières, ce qui pourrait réduire la corruption.

La population pourrait se sentir suffisamment de moyens pour affronter les fonctionnaires et les institutions corrompus, comme l’ont fait Upton Sinclair, Ida Tarbell et d’autres muckrakers au cours de l’ère progressiste aux États-Unis.

Cet article a été publié dans le New York Time Review of Books du 26 mai 2022. Il est repris dans le numéro spécial de Contemporary Issues in African Trade and Trade Finance (CIAT), une revue publiée par Afreximbank. Retrouvez les autres articles avec le bouton CIAT.

Ce scénario optimiste est évidemment spéculatif, mais il est extrêmement dangereux de continuer à ne rien faire. 

Les coups d’État militaires en Afrique de l’Ouest sont en partie motivés par la colère populaire face à l’incapacité des gouvernements civils à endiguer la montée de la violence djihadiste, malgré l’énorme aide militaire américaine et européenne. 

Il n’est pas certain que les putschistes réussissent, mais il est peut-être temps d’envisager le problème différemment.

L’injustice est l’un des principaux moteurs du recrutement djihadiste. Au Niger, par exemple, les rangs de l’État islamique regorgent d’éleveurs dont les animaux ont été capturés en toute impunité par des soldats, des policiers et des milices, certains soutenus par les forces françaises. 

Les tribunaux nigériens, sous-financés et corrompus, sont critiqués. Les tribunaux gérés par l’État islamique administrent une justice sévère mais sont généralement considérés comme plus équitables et moins corrompus que les tribunaux gouvernementaux.

Si le gouvernement nigérien disposait des ressources nécessaires pour payer et discipliner correctement ses propres forces de sécurité, et pour gérer un système judiciaire moins corrompu, les jeunes pourraient trouver le djihadisme moins attrayant. 

La suppression du système CFA – et les contraintes d’austérité similaires imposées par le FMI à d’autres pays – ne conduira peut-être pas à un cycle vertueux de croissance économique et de réduction de la corruption et de la violence, mais les populations africaines assiégées n’ont rien à perdre à voir si c’est le cas.

Helen Epstein est professeure invitée de droits de l’homme et de santé publique mondiale au Bard College.

Partager

Laisser un commentaire

Catégories

Autres articles

Que dit le Rapport 2024 sur le développement durable en Afrique ?  

juillet 19, 2024

Le Rapport 2024 sur le développement durable en Afrique, présenté par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD),...

Filière café : Des réflexions pour combler l’écart entre les revenus des producteurs

juillet 18, 2024

Les 16 et 17 juillet 2024, le comité de coordination pour les filières café et cacao (CCFCC), en collaboration avec...

Finances publiques : Intégrer le dividende démographique dans le budget 2025

juillet 17, 2024

Sous l’égide de la Commission Économique pour l’Afrique (CEA), un atelier se tient du 15 au 16 juillet 2024 à...

UEMOA : La BIDC lance un emprunt obligataire vert au profit de 04 pays

juillet 16, 2024

La Banque d'Investissement et de Développement de la CEDEAO a lancé hier, lundi 15 juillet, un emprunt obligataire vert et...