L'économiste du Togo

UEMOA : le président DIOP présente l’état de l’Union aux députés

Conformément aux dispositions des articles 26 et 36 du Traité de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), Abdoulaye DIOP, président de la Commission de l’UEMOA, a présenté l’état de l’Union aux Députés du Comité Interparlementaire (CIP) réunis dans le cadre de sa 51ème session ordinaire à Niamey, le mardi 21 mars 2023.

En 2022, l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), a enregistré un taux de croissance de 5,8% contre 6,1% en 2021, en lien avec la reprise des activités au niveau de tous les secteurs de l’économie.

 « Le taux d’inflation annuel moyen est ressorti à 7,5% en 2022 contre 3,6% en 2021, du fait notamment des effets combinés de la crise russo-ukrainienne, du déficit céréalier de la campagne 2021/2022 et de la persistance de la crise sécuritaire qui se sont traduits par une hausse des prix des produits alimentaires et de l’énergie. 

Au niveau des finances publiques, le déficit budgétaire global a représenté 6,1% du PIB contre 5,5% en 2021. L’aggravation du déficit budgétaire s’explique par l’augmentation des dépenses publiques destinées aux populations les plus vulnérables et par les revalorisations salariales dans un contexte marqué par un niveau de mobilisation des ressources intérieures à améliorer », a déclaré Abdoulaye DIOP, président de la Commission de l’UEMOA devant les Députés du Comité Interparlementaire (CIP). Ces déficits se sont traduits par une augmentation du taux d’endettement de l’Union pour atteindre 56,9% en 2022 contre 54,6% en 2021.

 De même, les échanges extérieurs des pays de l’UEMOA en 2022 ont dégagé un solde global déficitaire de 2 714,4 milliards de francs CFA contre un excédent de 475,7 milliards de francs CFA en 2021. Cette évolution est liée à une dégradation du compte courant et du compte financier. 

Quant aux réserves de change, en 2022, elles ont représenté 4,4 mois d’importations de biens et services contre 5,4 en 2021. La situation monétaire de l’Union à fin décembre 2022, comparée à celle à fin décembre 2021, a été marquée par un accroissement de 10,9% de la masse monétaire, consécutif à la progression des créances intérieures et atténuée par la dégradation des actifs extérieurs nets. 

« C’est dans ce contexte économique que les Organes de l’UEMOA ont conduit les chantiers communautaires en 2022, conformément à leurs mandats et aux orientations de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement. Notre processus d’intégration économique a connu des avancées en 2022, première année de la mise en oeuvre du Cadre d’Actions Prioritaires 2021-2025 (CAP 2025) de la Commission, malgré les contraintes qu’impose la situation sécuritaire, sanitaire et géopolitique dans l’espace UEMOA », a souligné le président de la Commission de l’UEMOA.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les banques centrales doivent rester vigilantes dans le dernier kilomètre sur la voie de la désinflation 

avril 16, 2024

Un sentiment d’optimisme s’est diffusé sur les marchés financiers au cours des derniers mois, les investisseurs étant convaincus que la...

Le Togo veut ramener la dette intérieure à 54,6% contre 61,4% du PIB d’ici 2026

avril 7, 2024

Le gouvernement togolais a annoncé son intention de réduire sa dette intérieure dans le cadre de sa stratégie de gestion...

Réglementation et contrôle du secteur financier : mécanisme de résolution pour les grandes banques (chantier en cours) 

mars 21, 2024

Les secousses de l’an dernier ont montré qu’il reste du travail à accomplir dans plusieurs domaines pour veiller à ce...

L’Afrique de l’Est, berceau du Mobile money, l’Ouest nouvelle plaque tournante du continent

mars 21, 2024

Près de la moitié des 1,75 milliards de comptes enregistrés dans le monde se trouvent en Afrique subsaharienne. Sous-région pionnière...