L'économiste du Togo

Yvon KOUDAM : « Une stratégie de développement peut se baser sur l’innovation »

Nombre de vues : 328

Huit startups togolaises ont pris part au sommet de l’innovation organique et des Tech émergentes Afrique – Europe. Le salon s’est déroulé du 28 au 29 novembre passé à Aix-Marseille-Provence en France. Un des participants, Yvon KOUDAM, Tech-entrepreneur, ceo et cofondateur de la startup Kondjigbale reviens sur la participation togolaise au sommet et sur la quintessence du terme innovation.

L’économiste du Togo : Présentez-nous la délégation togolaise qui participe au EMERGING Valley 2022 (le sommet de l’innovation organique et des Tech émergentes Afrique – Europe)

Yvon KOUDAM : La délégation togolaise à l’emerging valley est une sélection de jeunes entrepreneurs du domaine du numérique dans le but de représenter le Togo chaque année à un sommet international qu’est l’Emerging Valley

Donnez-nous un aperçu des startups togolaises ayant pris part au sommet et en quoi elles sont innovantes ?

Cette année il y a eu 8 Startups au Total qui sont KONDJIGBALE, MLCARE, EDOLE AFRICA, IYAWO, AFRIKELLES MEDIA, KEKELY DIGITAL, MIABÉLOYA, JA CONSULT

Vous faites partis des 515 Startups africaines invitées, c’est une fierté pour vous, selon vous qu’est ce qui a motivé les organisateurs à porter le choix sur vos entreprises ?

La sélection a été dans un premier temps local. L’écosystème numérique togolais est en plein essor et il des jeunes qui se démarquent au jour le jour. Ce sont ces jeunes qui ont été sélectionnés et soumis aux organisateurs. La pertinence et le caractère impactant des différents projets sont les principaux critères qui ont motivés les organisateurs. Je tiens à signaler que les prochaines sélections se feront par appels à projet

Quelle startup vous a marqué au sommet ? quelle est sa particularité et décrivez-la ?

L’emerging valley qui est un carrefour de rencontre des acteurs du numérique africain et européen, on s’entend à rencontrer plusieurs startups innovantes mais startup tunisienne a particulièrement retenu mon attention. C’est la startup Wayout qui propose un filtre métallique quadrillé conçu pour s’adapter à l’intérieur des égouts. Ces filtres laissent passer facilement les eaux de pluie mais retiennent les gros déchets et la boue, ils n’obstruent donc pas les canalisations souterraines. 

Parmi les thématiques développées au cours du sommet, laquelle vous a plus marquée et pourquoi ?

J’ai été marqué par la session sur la co-innovation entre Marseille et l’Afrique. Les réflexions ont été menées dans le sens de trouver des pistes sur comment ces territoires des deux rives de la méditerranée peuvent innover ensemble, s’appuyer sur les projets de l’un et l’autre pour participer au développement des communautés. En gros comment adapter les innovations africaines aux territoires de l’Aix province Marseille et vice versa

Est-ce que vous avez prévu un partage d’expérience avec les startups togolaises dès votre retour ?

Oui. Il est prévu une restitution qui peut être en format digital ou présentiel pour rapporter ce qui a été observé, échangé et vécu lors du sommet

Peut-on imaginer une stratégie de développement basée uniquement sur l’innovation ?

Je pense qu’une stratégie de développement peut se baser sur l’innovation à moins ce qu’on tienne compte de l’organisation et des habitudes locales. Cette stratégie doit émerger d’une réflexion locale, on ne peut pas copier et venir implanter sans connaissance des réalités

Pourquoi l’innovation est-elle si importante à notre époque ?

La covid nous a montré l’importance des nouvelles technologies dans nos activités quotidiennes. Plusieurs innovations ont été faites. Aujourd’hui on ne peut pas s’en passer. L’innovation est imprégnée dans nos quotidiens. Je tiens à rappeler que l’innovation permet d’améliorer les habitudes, de gagner en temps et d’être plus productif.  C’est bien mieux d’utiliser un drone pour filmer un évènement que de monter sur le toit d’un immeuble 

Doit-on forcément ”bousculer les codes” pour être innovant ?

A mon avis oui. Pour être innovant, il faut dans un premier temps observer son environnement et dans un second temps être à la veille technologique. Il faut tout le temps être à jour pour appliquer  les bonnes technologies aux solutions trouvées afin de les adaptés aux réalités réelles ressenties

Quels sont les moyens à mettre en œuvre pour réussir une stratégie d’innovation ?

Pour réussir à mettre en œuvre une bonne stratégie d’innovation, il faut mettre en place des mécanismes pour favoriser la créativité des plus jeunes et une volonté dans la promotion et l’accompagnement des porteurs de projet. Tout cela à travers une étroite collaboration et séances de travail entre nos états et les associations d’entrepreneurs afin de définir des feuilles de routes et des délais d’exécution. 

Enfin le consommer local ou je dirai une utilisation effective des solutions innovantes mises sur le marché

Comment la startup doit être pour promouvoir sa technologie?

Une startup doit promouvoir sa technologie en adaptant sa solution aux réalités du terrain. Il doit prendre en considération toutes les couches socio-économiques et la fracture numérique avant de sortir sa technologie et en faire la promotion. Il faut passer par les canaux de distribution classiques mais surtout avoir des community builder qui sauront comment amener les communautés à comprendre et acception la nouvelle technologie. Il faut qu’on commence à connaitre l’importance du community builder dans la promotion de nos produits technologiques.

Quels sont les erreurs qu’un jeune dirigeant de startup ne doit pas faire ?

Un jeune dirigeant de startup ne doit pas mettre en place un produit sans n’avoir pas mené une étude de marché et sans connaitre les réalités de sa cible. Il ne doit pas se presser pour sortir un produit qui ne sera difficile dans l’utilisation.

La technologie peut-elle contribuer au bonheur de la société?

Oui. Bien sur 

Quels conseils avez-vous à donner à ceux qui hésitent à devenir entrepreneur ou ont déjà leur startup ?

Je leur dirai de foncer. D’avoir la confiance en soi, de cultiver la patience et la persévérance. Le bon travail finit toujours par payer

Propos recueillis par Tigossou MIDAS 

 

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Un Caucus financier pour conduire l’agenda du continent en matière de logement

juin 20, 2024

Le Caucus financier des ministres africains de l'habitat et du développement urbain servira de plateforme continentale de plaidoyer pour donner...

Lancement du Comité scientifique du Réseau des Jeunes Economistes d’Afrique

juin 19, 2024

L’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP) a récemment mis en place un réseau de plus de 1...

JEUNE-TOGO remobilise ses membres à Kara

juin 18, 2024

La coordination régionale (Kara) de l’association des Jeunes Entrepreneurs Unis pour une Nation Emergente (JEUNE-TOGO) a organisé le dimanche 16...

Première édition de la Semaine Nationale des TPME

juin 12, 2024

La Semaine nationale des Très Petites et Moyennes Entreprises (SN-TPME) a démarré le 10 juin à Kara. Elle s'est poursuivie...