L'économiste du Togo

Accompagnement des PME et PMI au Togo : convention-cadre entre la CCIT et l’ONECCA

La Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCI-Togo) et l’Ordre national des experts comptables et des comptables agréés du Togo (ONECCA Togo) ont signé une convention-cadre, le jeudi 2 février 2023 à Lomé.

Cette nouvelle convention va permettre aux petites et moyennes entreprises et industries d’intégrer les bonnes pratiques de gestion, limiter les risques d’asymétrie des informations qui dissuadent généralement les investisseurs, les banques et établissements financiers.

Selon Nathalie Manzinèwè Bitho, présidente de la délégation spéciale consulaire (DSC) de la CCI Togo, cette convention va aider les entrepreneurs à briser la solitude du chef d’entreprise parce qu’ils se retrouvent souvent très seuls par faute de moyens.

« Tous les textes qui gouvernent l’entreprise, l’expert-comptable les connaît et va aider les chefs d’entreprise à développer leur entreprise », a-t-elle souligné. « Il s’agit aussi de mettre l’expert-comptable et le comptable agréé au développement économique de notre pays, qu’ils prennent la place qui est la leur dans toute économie, aller plus loin que la vérité des chiffres et border la vie de l’entreprise accompagnée, coacher le futur champion.

 C’est aussi l’ambition de l’ONECCA-Togo d’être reconnu dans cet écosystème économique valable au Togo et à l’international. Pour l’entreprise, c’est bénéficier d’un service professionnel de qualité qui lui était inaccessible sans cette convention », a expliqué Mme Bitho.

Elle précise que pour les banquiers et établissements financiers, c’est l’assurance que le chef d’entreprise bénéficiant de cet accompagnement utilisera les fonds mobilisés en bon père de famille, cette sécurité qui tient à cœur le fournisseur, les salariés et tous les autres partenaires de l’entreprise.

« Il s’agira également pour les entrepreneurs avec leur faiblesse financière, de les réconcilier avec la banque, l’administration fiscale, la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et les autres structures de contrôle.

Encourager ainsi nos jeunes hommes et femmes à aller vers l’entrepreneuriat », a-t-elle ajouté. Selon ses explications, les entreprises qui se crées et qu’ils ne voient plus, des experts en matière qui sont les experts comptables et les comptables agréés vont les accompagner. Parce que d’après elle, ce sont eux qui maîtrisent ce qu’on appelle le droit des affaires.

 A en croire la présidente de la CCI Togo, la problématique de l’accompagnement des PME, qui d’ailleurs constituent l’essentiel de leur tissu économique est une préoccupation que partagent l’ensemble des acteurs de l’écosystème économique.

 « Parce que ces entités sont plus fragiles, surtout au début de leurs activités, il était nécessaire de créer un cadre adéquat pour les aider à se développer et à être résilientes afin de traverser les générations ».

 Pour le Secrétaire général du ministère de l’économie et des finances Stéphane Akaya, cet évènement se situe dans la droite ligne de la réforme communautaire relative aux Centres de gestion agréés (CGA).

Il précise que la CCI-Togo doit donc faire de l’accompagnement des entrepreneurs sa priorité, en vue de consolider les bases d’une croissance forte et durable.

Des CGA nouvelle génération

Au sens de la nouvelle directive, le CGA est une entité dotée de la personnalité morale, exerçant sous la forme d’association ou de société de capitaux à l’exclusion des sociétés à associé unique et placée sous la tutelle du ministre chargé des finances ou du budget. Pour se conformer à cette nouvelle directive, le Togo a adopté en Conseil des ministres un projet de loi qui prend en compte les innovations de la directive.

Les CGA sont de formidables forums d’échanges, où les responsables d’entreprises peuvent se rencontrer, débattre, mutualiser leurs méthodes et leurs pratiques ; d’où la nécessité d’associer des acteurs majeurs tels que l’Ordre des experts Comptables, l’Ordre des avocats, les Institutions financières et bien d’autres acteurs que je ne saurai citer entièrement…  

« Le développement des Centres de Gestion Agréés passe aujourd’hui par la digitalisation qui devra être un outil innovant dans les relations qu’entretient le CGA avec ses adhérents car notre pays est d’abord un pays d’entrepreneurs.

 Dans chaque maison, il y a un entrepreneur et cette convention doit pouvoir toucher chaque entrepreneur de notre territoire », a indiqué le Secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances tout en formulant le vœu que cette convention donne naissance à des CGA sur toute l’étendue du territoire national et que les 140000 entreprises, en tout cas les plus visibles puissent être  affiliées à un CGA afin qu’elles puissent contribuer efficacement à l’atteinte des objectifs de notre FDR TOGO 2025.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les banques centrales doivent rester vigilantes dans le dernier kilomètre sur la voie de la désinflation 

avril 16, 2024

Un sentiment d’optimisme s’est diffusé sur les marchés financiers au cours des derniers mois, les investisseurs étant convaincus que la...

Le Togo veut ramener la dette intérieure à 54,6% contre 61,4% du PIB d’ici 2026

avril 7, 2024

Le gouvernement togolais a annoncé son intention de réduire sa dette intérieure dans le cadre de sa stratégie de gestion...

Réglementation et contrôle du secteur financier : mécanisme de résolution pour les grandes banques (chantier en cours) 

mars 21, 2024

Les secousses de l’an dernier ont montré qu’il reste du travail à accomplir dans plusieurs domaines pour veiller à ce...

L’Afrique de l’Est, berceau du Mobile money, l’Ouest nouvelle plaque tournante du continent

mars 21, 2024

Près de la moitié des 1,75 milliards de comptes enregistrés dans le monde se trouvent en Afrique subsaharienne. Sous-région pionnière...