L'économiste du Togo

AfCFTA, opportunités pour la jeunesse

Le secrétaire général de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA), Wamkele Mene, encourage les jeunes à exploiter les opportunités offertes par l’AfCFTA. Pour lui, les gouvernements ne peuvent offrir qu’un environnement propice au commerce, mais que c’est aux jeunes de faire le commerce.

Wamkele Mene a fait ces remarques lors de la clôture du cinquième sommet Youth Connekt auquel ont participé plus de 9 000 jeunes de toute l’Afrique à Kigali au Rwanda. 

« L’AfCFTA est négociée par les gouvernements, mais ce ne sont pas les gouvernements qui font le commerce, mais les entrepreneurs, les petites et moyennes entreprises qui sont dirigées par de jeunes Africains. Dans le cadre de l’AfCFTA, les jeunes pourront créer 450 millions d’emplois en Afrique, contribuant à plus de 60 % au PIB de l’Afrique. C’est le moteur de l’économie africaine », a déclaré le secrétaire général de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA), Wamkele Mene. Il a appelé les jeunes à exploiter les opportunités offertes par le commerce au sein des pays africains, affirmant que non seulement les grandes entreprises devraient bénéficier de l’AfCFTA, mais aussi les jeunes Africains qui sont l’avenir du continent. 

« L’une des visions de l’AfCFTA est de fournir une intégration politique et économique. La vision s’est réalisée mais celle qui nous a échappé est l’émancipation économique de notre continent, en particulier avec les jeunes au centre des bénéfices qui découleront de l’émancipation économique de ce continent », a-t-il déclaré. 

Mene a ajouté que l’AfCFTA offre une opportunité de repousser la pauvreté, de faire progresser l’industrialisation, de créer des opportunités pour les jeunes en Afrique, « afin que les jeunes cessent de mourir et d’être enterrés profondément dans les océans de la Méditerranée, alors qu’ils recherchent de meilleures opportunités en Europe » 

Il a ajouté que les accords commerciaux concernent l’avenir et non le passé, par conséquent, les jeunes doivent s’assurer que leur voix est entendue, pour s’assurer que la négociation et la mise en œuvre de l’AfCFTA répondent aux besoins des jeunes, car l’avenir de le continent africain. 

« Il faut oser investir dans l’avenir maintenant. Les petites et moyennes entreprises que vous dirigez, vos compétences entrepreneuriales doivent trouver leur expression dans le commerce et vous devez être en mesure de commercer sur tout le continent africain », a-t-il déclaré. Mene a poursuivi en disant que le partenariat avec les jeunes consiste à s’assurer qu’au-delà des aspirations qu’ils ont exprimées, les jeunes doivent être impliqués ; “ils devraient en fait codifier ces aspirations en obligations juridiquement contraignantes, afin que les gouvernements puissent continuer à créer des opportunités pour les jeunes”. 

Le Rwanda fait partie des huit pays sélectionnés pour participer à la phase pilote de l’initiative de l’AfCFTA sur le commerce guidé. Jusqu’à présent, huit pays participent à la phase pilote de l’AfCFTA ; y compris le Rwanda, l’Égypte, le Ghana, le Kenya, l’Île Maurice, la Tunisie, la Tanzanie et le Cameroun.

 L’AfCFTA crée un marché unique pour les biens et services de près de 1,3 milliard de personnes à travers l’Afrique et les femmes et les jeunes sont l’un de ses piliers, pour s’assurer que des engagements juridiquement contraignants sont pris et que nous avons des solutions durables à long terme pour les jeunes alors qu’ils commercent et innovent à travers le continent africain.

Le 5ème sommet YouthConnekt Africa se termine par de nouveaux appels à investir dans la jeunesse

La 5e édition du sommet Youth Connect s’est achevée à Kigali, au Rwanda, samedi 15 octobre 2022, après 3 jours de conférences, de masterclass et de séances de réseautage. 

Des milliers de jeunes innovateurs et leaders du monde entier ont assisté à l’événement pour discuter des différentes façons de promouvoir la croissance et l’avancement des jeunes du continent africain. Le sommet de cette année se tenait sous le thème « Accélérer les investissements dans la jeunesse : jeunesse résiliente, Afrique résiliente ».

  Il a réuni des participants de 30 pays africains pour discuter et tracer une voie à suivre sur la manière d’impliquer les jeunes dans le commerce, la santé, la résilience climatique et le financement, la technologie, les compétences pour l’avenir, entre autres sujets.

 Selon les conclusions du Programme des Nations Unies pour le Développement, PNUD, 42% des jeunes en Afrique n’ont pas accès au financement nécessaire pour gérer leur entreprise. Parfois, leurs idées restent à l’arrière de leur cerveau et ils sont incapables de concrétiser leurs rêves sur le marché et d’atteindre leurs clients. Des délégués de haut niveau, dont le président Paul Kagame, ont souligné que la jeunesse est un mouvement résilient qui contribuera à un agenda 2063 prospère pour une Afrique meilleure. 

L’agenda 2063 de l’Union africaine (UA) est le cadre du continent qui vise à atteindre les objectifs de développement inclusif et durable et, conformément à l’UA, il est une manifestation de la « pulsion panafricaine pour l’unité, l’autodétermination, la liberté , progrès et prospérité collective ».

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les  géants du transport maritime rejoignent le port sec de la PIA

février 29, 2024

Le port sec de la Plateforme industrielle d’Adetikopé (PIA) enregistre l’arrivée d’acteurs de poids du transport maritime mondial. L’Italo-suisse MSC,...

30 millions de tonnes de marchandises manutentionnées en 2023 au port de Lomé

février 21, 2024

Dans le détail, 8.912.225 tonnes ont été importées, soit une augmentation de 10,45%, tandis que les exportations se sont établies...

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

février 19, 2024

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et Google ont signé, le lundi 19 février, un protocole d'accord en marge de...

Le Togo est parmi les 11 pays à forte croissance économique en 2024

février 19, 2024

L’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie. La croissance du produit intérieur brut...