L'économiste du Togo

Mia Amor Mottley pour un paradigme équitable pour tous 

L’architecture financière mondiale doit être complètement reconfigurée pour refléter les besoins et la participation des pays du Sud, dont beaucoup étaient sous le joug du colonialisme au moment où l’ordre actuel a été façonné, la Première ministre Mia Amor Mottley de la Barbade a plaidé ainsi lors de la sixième conférence annuelle Babacar Ndiaye, tenue en marge des assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI à Washington DC.

La conférence, une initiative de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), s’est tenue le 14 octobre sous le titre « Le monde en développement dans une architecture financière mondiale turbulente ». Dans son allocution de bienvenue, le professeur Benedict Oramah, président et président du conseil d’administration d’Afreximbank, a célébré l’héritage durable et la vision du Dr Ndiaye et a appelé à “des efforts renouvelés pour reconnecter l’Afrique et les Caraïbes par le commerce et l’investissement dans la poursuite du partage”, objectif d’émancipation économique ». 

Le président Oramah a félicité le premier ministre Mottley pour son leadership mondial dans la poursuite de l’équité et de l’égalité. Il a fait référence à leur conviction commune que « les nations africaines et caribéennes peuvent transformer les iniquités de l’histoire en plates-formes de prospérité économique aujourd’hui et à l’avenir. La réalisation de cette vision ne peut commencer que par la reconnexion du peuple caribéen à ses liens généalogiques en Afrique par le biais du commerce et de l’investissement. 

Le Premier ministre Mottley a déclaré que le système actuel fonctionne au détriment des pays des Caraïbes et d’Afrique, dont les circonstances uniques ne sont pas prises en compte dans la prise de décision des principales institutions financières, mais qui sont néanmoins considérablement affectées par ces décisions. Rappelant la genèse des institutions de Bretton Woods, elle a dit qu’elles ont été conçues à une époque où “nous n’étions pas vus, nous n’étions pas entendus et nous n’étions pas ressentis”. 

Ces structures doivent être réorientées par souci d’équité et pour refléter le rôle croissant que jouent les pays du Sud dans l’économie mondiale. Pour elle, les institutions mondiales doivent se rappeler leurs mandats fondateurs et chercher à remplir leur objectif initial d’une manière qui profite à tous les pays, mais en particulier aux pays à revenu faible et intermédiaire, qui sont actuellement confrontés à de graves défis. 

Réformer le système financier international existant

Le Premier ministre Mottley a présenté une série de recommandations pour réformer le système financier international existant afin de mieux refléter les défis de notre époque tout en créant simultanément les conditions d’un processus de mondialisation qui nous sert tous.

 Parmi les diverses recommandations qu’elle a formulées, les plus pertinentes sont les suivantes : Réformer le Conseil de sécurité des Nations Unies, en particulier son panel de membres permanents, qui manque actuellement de représentation pour plus de 1,5 milliard de personnes d’ascendance africaine ;

 Démocratiser le système de gouvernance mondiale, en particulier le G7 et le G20, en élargissant la représentation pour inclure l’Union africaine en tant que membre à part entière ; Réaffecter les droits de tirage spéciaux (DTS) inutilisés émis par le FMI pour atténuer les contraintes de liquidité dans les pays du Sud ; 

Développer de nouvelles installations pour l’alimentation et l’agriculture, l’énergie propre et l’adaptation au changement climatique en réponse aux défis mondiaux émergents ; Plafonnement des paiements du service de la dette à un certain pourcentage des exportations, par exemple environ 5 % des exportations totales, comme cela a été fait en Allemagne pour aider à financer la reconstruction après la seconde guerre mondiale.

 En pourcentage des exportations, les paiements au titre du service de la dette sont passés à 24 % et 20 % en Afrique et dans les Caraïbes, respectivement ; 

Réformer les agences mondiales de notation de crédit pour corriger leurs biais intrinsèques, qui au fil des ans ont conduit les investisseurs mondiaux à surévaluer les risques dans les pays du Sud, avec des conséquences importantes pour l’accès au financement du développement, la viabilité de la dette et la croissance économique. Pour ne prendre qu’un exemple, le rendement des euro-obligations du Ghana dépasse actuellement 25 %, tandis que la Grèce paie moins de 2 % pour les nouvelles émissions.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Le Togo veut ramener la dette intérieure à 54,6% contre 61,4% du PIB d’ici 2026

avril 7, 2024

Le gouvernement togolais a annoncé son intention de réduire sa dette intérieure dans le cadre de sa stratégie de gestion...

Réglementation et contrôle du secteur financier : mécanisme de résolution pour les grandes banques (chantier en cours) 

mars 21, 2024

Les secousses de l’an dernier ont montré qu’il reste du travail à accomplir dans plusieurs domaines pour veiller à ce...

L’Afrique de l’Est, berceau du Mobile money, l’Ouest nouvelle plaque tournante du continent

mars 21, 2024

Près de la moitié des 1,75 milliards de comptes enregistrés dans le monde se trouvent en Afrique subsaharienne. Sous-région pionnière...

Grace aux hydrocarbures, l’UEMOA sera performante et résiliente selon le FMI

mars 21, 2024

Aux bonnes nouvelles engrangées par l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), un marché régional costaud pour financer les Etats-membres, des...