L'économiste du Togo

Afrique: la lutte contre l’évasion fiscale rapporte gros

Les pays africains ont réalisé 1,7 milliard d’euros soit 1 115,2 milliards FCFA de recettes supplémentaires selon le récent rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), intitulé « Transparence fiscale en Afrique 2023 »..

D’après le rapport d’étape de Transparence fiscale en Afrique 2023, publié le 7 juillet dernier lors de la 13e réunion de « l’Initiative Afrique » au Cap, en Afrique du Sud, de 2009 à 2022, ces mesures ont stimulé les recettes fiscales, les intérêts et les pénalités… Le rapport, coproduit par le Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales, la Commission de l’Union africaine et le Forum de l’administration fiscale africaine, avec le soutien de la Banque africaine de développement, présente les progrès réalisés par 38 pays africains dans la lutte contre l’évasion fiscale et d’autres flux financiers illicites grâce à la transparence et à l’échange de renseignements. Cinq pays tiers ont participé à l’étude.

La publication de ce rapport intervient alors que les gouvernements africains continuent d’intensifier leurs efforts pour renforcer la mobilisation des ressources intérieures face aux vents contraires de l’économie, notamment l’inflation mondiale et l’augmentation des niveaux d’endettement. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) estime que l’Afrique perd jusqu’à 60 milliards de dollars soit un peu plus de 35 000 milliards de FCFA chaque année en flux financiers illicites.

« Au cours des huit dernières années, l’Initiative Afrique a changé le paysage de la transparence fiscale en Afrique et a contribué à la mobilisation de plus de 300 millions d’euros de ressources intérieures », a déclaré le ministre sud-africain des Finances, Enoch Godongwana.

Selon les explications de Zayda Manatta, cheffe du secrétariat du Forum mondial, les pays africains pourraient voir accroître leurs recettes fiscales de 5% à 19% du PIB grâce à une bonne mise en œuvre des mécanismes d’échange de renseignements. « Plus les pays se familiarisent avec cet outil, plus ils l’exploitent, plus les recettes fiscales devraient être importantes. Et si vous parvenez à surveiller la corrélation entre la perception des recettes et l’échange de renseignements, nous serons en mesure de mieux démontrer les avantages que les pays tirent de cet outil », a-t-elle fait savoir.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les  géants du transport maritime rejoignent le port sec de la PIA

février 29, 2024

Le port sec de la Plateforme industrielle d’Adetikopé (PIA) enregistre l’arrivée d’acteurs de poids du transport maritime mondial. L’Italo-suisse MSC,...

30 millions de tonnes de marchandises manutentionnées en 2023 au port de Lomé

février 21, 2024

Dans le détail, 8.912.225 tonnes ont été importées, soit une augmentation de 10,45%, tandis que les exportations se sont établies...

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

février 19, 2024

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et Google ont signé, le lundi 19 février, un protocole d'accord en marge de...

Le Togo est parmi les 11 pays à forte croissance économique en 2024

février 19, 2024

L’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie. La croissance du produit intérieur brut...