L'économiste du Togo

Afrique: la lutte contre l’évasion fiscale rapporte gros

Nombre de vues : 73

Les pays africains ont réalisé 1,7 milliard d’euros soit 1 115,2 milliards FCFA de recettes supplémentaires selon le récent rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), intitulé « Transparence fiscale en Afrique 2023 »..

D’après le rapport d’étape de Transparence fiscale en Afrique 2023, publié le 7 juillet dernier lors de la 13e réunion de « l’Initiative Afrique » au Cap, en Afrique du Sud, de 2009 à 2022, ces mesures ont stimulé les recettes fiscales, les intérêts et les pénalités… Le rapport, coproduit par le Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales, la Commission de l’Union africaine et le Forum de l’administration fiscale africaine, avec le soutien de la Banque africaine de développement, présente les progrès réalisés par 38 pays africains dans la lutte contre l’évasion fiscale et d’autres flux financiers illicites grâce à la transparence et à l’échange de renseignements. Cinq pays tiers ont participé à l’étude.

La publication de ce rapport intervient alors que les gouvernements africains continuent d’intensifier leurs efforts pour renforcer la mobilisation des ressources intérieures face aux vents contraires de l’économie, notamment l’inflation mondiale et l’augmentation des niveaux d’endettement. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) estime que l’Afrique perd jusqu’à 60 milliards de dollars soit un peu plus de 35 000 milliards de FCFA chaque année en flux financiers illicites.

« Au cours des huit dernières années, l’Initiative Afrique a changé le paysage de la transparence fiscale en Afrique et a contribué à la mobilisation de plus de 300 millions d’euros de ressources intérieures », a déclaré le ministre sud-africain des Finances, Enoch Godongwana.

Selon les explications de Zayda Manatta, cheffe du secrétariat du Forum mondial, les pays africains pourraient voir accroître leurs recettes fiscales de 5% à 19% du PIB grâce à une bonne mise en œuvre des mécanismes d’échange de renseignements. « Plus les pays se familiarisent avec cet outil, plus ils l’exploitent, plus les recettes fiscales devraient être importantes. Et si vous parvenez à surveiller la corrélation entre la perception des recettes et l’échange de renseignements, nous serons en mesure de mieux démontrer les avantages que les pays tirent de cet outil », a-t-elle fait savoir.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Première édition de la Semaine Nationale des TPME

juin 12, 2024

La Semaine nationale des Très Petites et Moyennes Entreprises (SN-TPME) a démarré le 10 juin à Kara. Elle s'est poursuivie...

La CEDEAO examine la mise en œuvre de la nouvelle procédure de transit et du SIGMAT

juin 12, 2024

La Direction de l’Union douanière et de la fiscalité de la Commission de la CEDEAO organise CEDEAO du 10 au...

Djourdé Bouboukari, ancien étudiant devenu pêcheur à Kpémé

juin 11, 2024

Sur les côtes togolaises et béninoises, la pêche artisanale regagne en intensité. Devant des tas de poissons fraichement débarqués des...

La 43e AGA de Shelter Afrique va consolider l’agenda de la transformation

juin 10, 2024

 La 43e assemblée générale annuelle (AGA) de la Shelter Afrique Development Bank (ShafDB), qui débute ce 10 juin à Kigali,...