L'économiste du Togo

Crise au Niger : le Nigeria pourrait perdre 2 milliards de dollars par an, selon le CPPE

Alors que la crainte d’une escalade du coup d’État au Niger s’intensifie, le Centre pour la promotion de l’entreprise privée (CPPE) a averti qu’une intervention militaire pourrait être préjudiciable au Nigeria, avec un coût financier annuel estimé à 2 milliards de dollars.

Compte tenu de la faiblesse actuelle des recettes publiques du pays, d’un ratio service de la dette/recettes proche de 100 % et d’un endettement croissant, la CPPE doute de la capacité du pays à absorber les coûts et appelle à une introspection plus profonde.

Le Nigeria, qui a assumé le coût du groupe de surveillance de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (ECOMOG) au plus fort de la guerre au Libéria, aurait perdu 8 milliards de dollars dans la crise et des centaines de soldats.

De même, dans son rôle de grand frère, le pays a perdu environ 4 milliards de dollars en Sierra Leone au cours de la guerre civile qui a duré cinq ans.

Si le pays devait concéder à une campagne militaire dans la crise au Niger, la CPPE a déclaré que la perte pourrait être beaucoup plus élevée compte tenu de la tendance inflationniste des années écoulées et avoir un impact en termes de coût d’opportunité des dépenses militaires.

Le pays a dépensé en moyenne 1 milliard de dollars par an pour contenir les crises dans les deux pays d’Afrique de l’Ouest qui ont connu des guerres civiles pendant une période combinée de 12 ans.

Le CPPE, dans une analyse signée par son directeur général, le Dr Muda Yusuf, a déclaré que le coût des dépenses annuelles pourrait être beaucoup plus élevé compte tenu des prix actuels de l’équipement, du coût du maintien des ressources humaines qui seraient déployées et de la particularité de la région du Sahel.

« La leçon à en tirer est que le coût des interventions militaires peut être très prohibitif. Des opérations militaires similaires à l’heure actuelle pourraient coûter beaucoup plus cher, compte tenu de la tendance inflationniste des 25 dernières années. Au minimum, la poursuite d’une opération militaire au Niger coûterait au Nigeria au moins 2 milliards de dollars par an, compte tenu de la dynamique géopolitique qui prévaut au Sahel ».

« Il sera difficile de faire face à un engagement financier aussi important à l’heure actuelle sans mettre à rude épreuve nos opérations fiscales et nos réserves de change. Avec le recul, il est douteux que le Nigeria ait tiré un quelconque avantage significatif des interventions militaires au Liberia et en Sierra Leone », a noté le groupe de réflexion économique

L’institution s’est également inquiétée des conséquences de la crise qui se prépare et des sanctions éventuelles pour les aspirations commerciales de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), présidée par le président Bola Tinubu.  

La crise, a-t-elle noté, compromettrait les réalisations enregistrées jusqu’à présent si elle n’était pas correctement gérée, tout en décrivant la négociation comme un “moment décisif pour la CEDEAO qui exige une réflexion rigoureuse, une consultation solide, un jugement diplomatique sain, un sens profond de l’histoire et une évaluation exhaustive des nombreuses ramifications”.

« L’un des principaux mandats de la CEDEAO est la promotion de l’intégration économique. Des actions militaires entre les États membres iraient certainement à l’encontre de cet objectif fondamental. Elles perpétueraient la fragmentation de la région et le commerce au sein de la région en serait gravement affecté. Cela aurait de graves conséquences pour les économies des États membres et le bien-être de leurs citoyens.

« La récente fermeture des frontières commence déjà à avoir un impact négatif sur les commerçants des deux côtés de la ligne de démarcation. La vérité est que les sanctions sont généralement une arme à double tranchant, c’est pourquoi elles doivent être appliquées avec prudence et de manière stratégique », a déclaré le centre ».

Il affirme que le Nigeria est souvent perdant après chaque série d’interventions fraternelles et qu’il ne retire “aucun avantage concret” de l’utilisation de ses ressources financières et humaines.

Il a cité la faiblesse actuelle de la balance des paiements, la faiblesse du secteur extérieur et la destruction possible d’actifs au cours de la guerre comme autant de raisons pour lesquelles le pays devrait éviter de s’engager militairement dans le pays voisin.

« Si le Nigeria décide de mener une campagne militaire au Niger, nos dépenses de défense devront augmenter de manière substantielle, peut-être de 100 % ou plus. Plus de 70 % des dépenses devraient être effectuées en devises étrangères.

Bien que l’option militaire soit une décision de la CEDEAO, le fardeau de la poursuite de l’opération devrait être supporté de manière substantielle par le Nigeria. Ce sont là des scénarios dont nous devons nous préoccuper », note l’analyse du CPPE.

ElOM Nomenyo

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Briser le supercycle de la dette

mai 18, 2024

Dépendre du crédit pour stimuler la demande met en péril l’économie mondiale : il faut corriger les déséquilibres sous-jacents La...

Ses partisans veulent créer des sociétés libres, égalitaires et prospères

mai 18, 2024

Quel est le rôle de l’État dans les économies modernes ? Est-il possible de créer une société plus juste sans...

La troisième édition du Festival La Marmite (FESMA) officiellement lancée

mai 17, 2024

La troisième édition du Festival La Marmite (FESMA) a été officiellement lancée ce mercredi 15 Mai 2024 en présence de...

Des transporteurs du Sahel explorent les opportunités de la PIA

mai 16, 2024

La coopération logistique avec les pays de l’hinterland pourrait bientôt connaître une nouvelle avancée. Une délégation de directeurs généraux des...