L'économiste du Togo

Cynthia Gnassingbe-Essonam: « Amener le secteur privé à bénéficier du PAPSS »

La conseillère principale pour l’engagement du secteur privé auprès du secrétaire général de la Zone de Libre-échange Continentale Africaine (ZLECAf), Cynthia Gnassingbe-Essonam, se prononce sur la ZLECAF en marge de la Conférence de Bloomberg “New Economy Gateway Africa”, sur l’état des lieux du processus de déploiement de la ZLECAf et l’implication constante et le rôle moteur du Maroc pour le développement du commerce intra-africain.

« La ZLECAf, Inscrit dans l’Agenda 2063, est le projet le plus emblématique de l’Union Africaine, à travers lequel nous aspirons à réaliser l’intégration économique de l’Afrique et créer un marché unique de 1,3 milliards de consommateurs au produit intérieur brut estimé à 3.500 milliards de dollars américains.

 Les Etats africains ont adopté cet Accord en 2018, et aujourd’hui, près de 3 ans après son opérationnalisation et l’installation de son secrétariat général à Accra au Ghana, la ZLECAf a réalisé d’énormes progrès.

Plusieurs protocoles ont été adoptés portant sur la libéralisation du commerce des biens et des services, la concurrence, l’investissement, et sur la propriété intellectuelle.

Seuls deux protocoles sont en attente d’adoption, notamment celui de l’économie numérique, et celui des femmes et des jeunes dans le commerce. En termes de négociations sur les règles d’origine, nous avons beaucoup avancé avec 88,3% des lignes tarifaires adoptées.

Aujourd’hui, un opérateur économique marocain voulant exporter son activité dans un autre pays-membre de la ZLECAf est soumis à la même réglementation sur le bien en question. Il s’agit là d’une avancée remarquable dans le cadre de nos efforts d’harmonisation des différentes politiques locales et de démantèlement des barrières tarifaires.

Notre travail ne se limite pas à la négociation des différents protocoles parce que nous sommes conscients que les spécificités de l’Afrique, de son économie et de son histoire, nous imposent d’être proactifs.

 Notre mission est aussi celle d’amener le secteur privé à bénéficier de cet Accord qui offre des dispositifs innovants comme le PAPSS (The Pan-African Payment and Settlement System) qui est une plateforme permettant aux opérateurs de commercer en utilisant les monnaies locales au lieu de passer par une tierce devise.

 La ZLECAf a également mis en place, en février dernier, un Fonds d’Ajustement permettant aux Etats de pouvoir faire face aux pertes de revenus douaniers pouvant survenir de la rupture des barrières tarifaires et de la libéralisation des échanges.

 En outre, le secrétariat général a lancé l’année dernière l’initiative du commerce guidé de la ZLECAf avec la participation de 8 pays, et qui devront atteindre 29 pays au cours de l’année 2023.

 Je suis ravie que le Maroc soit partie prenante à cette initiative qui vise à domestiquer et accompagner l’application de l’ensemble des instruments de la ZLECAf. »

Source : lesinfos

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les  géants du transport maritime rejoignent le port sec de la PIA

février 29, 2024

Le port sec de la Plateforme industrielle d’Adetikopé (PIA) enregistre l’arrivée d’acteurs de poids du transport maritime mondial. L’Italo-suisse MSC,...

30 millions de tonnes de marchandises manutentionnées en 2023 au port de Lomé

février 21, 2024

Dans le détail, 8.912.225 tonnes ont été importées, soit une augmentation de 10,45%, tandis que les exportations se sont établies...

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

février 19, 2024

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et Google ont signé, le lundi 19 février, un protocole d'accord en marge de...

Le Togo est parmi les 11 pays à forte croissance économique en 2024

février 19, 2024

L’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie. La croissance du produit intérieur brut...