L'économiste du Togo

Faut-il mettre un terme aux méthodes peu éthiques de calcul des intérêts composés par le secteur financier international ?

En posant ce débat sur les intérêts composés, mon intention n’est point de susciter de la tension entre opérateurs économiques et banquiers internationaux.

Mais, il s’agit plutôt, dans la mouvance de nos réflexions alternatives centrées sur le pourquoi des choses, de souligner de nouvelles problématiques afin que nous essayions ensemble de leur apporter des solutions.

Je me rappelle d’une discussion stratégique que nous avions eue avec le Management d’une grande banque multilatérale. Le sujet portait sur l’impact des méthodes de calcul des taux d’intérêt appliqués sur les prêts, sur le Produit net bancaire. Dans la foulée, un Cadre de l’Institution proposa de passer de la méthode de calcul de taux d’intérêt simple à celle du taux d’intérêt composé soit disant pour améliorer la rentabilité de la banque.

Cette discussion est révélatrice de l’acuité du sujet. D’ailleurs, il semble que certaines banques commerciales et de développement dans le monde appliquent ostensiblement cette méthode des intérêts composés obligeant ainsi les promoteurs à payer plus d’intérêts que nécessaire. Ce n’est pas normal. Derrière ce problème se profile un enjeu de justice financière.

Revenons sur la problématique

Contrairement aux intérêts simples, calculés sur la base inchangée du capital, les intérêts composés sont une formule dans laquelle, la base prise en compte pour le calcul des intérêts intègre encore les intérêts précédents.

En optant pour les intérêts composés, la Banque fait payer aux promoteurs plus d’intérêts que nécessaire surtout lorsque ceux-ci paient à bonne date leurs échéances. En effet, les intérêts génèrent à leur tour des intérêts. Et ce n’est pas normal

Dans une situation de remboursement normal du crédit, le calcul des intérêts doit se faire sur le montant du principal restant dù.

Nous pouvons comprendre cette méthode de calcul des intérêts composés sur des placements financiers où l’investisseur décide de ne pas percevoir tout de suite ses intérêts mais de les capitaliser.

Mais en aucun cas nous ne pourrons la comprendre sur les prêts.

N’est- il pas grand temps de corriger cette anomalie?

J’ai personnellement saisi la  Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) par écrit sur ces dysfonctionnements.

Le Gouverneur avait donné des instructions pour que ses services se mettent en relation avec nous. Mais hélas aucune suite malgré nos différentes relances.

Ce problème doit être solutionné rapidement afin de permettre à des opérateurs économiques fatigués par une crise mondiale difficile et un contexte inflationniste préoccupant de s’en sortir.

Les gouvernements du monde entier devraient se saisir rapidement de cette question afin de mettre un terme à cette inacceptable situation de rente financière qui pénalise leur politique d’emploi

Magaye GAYE

Économiste International

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les  géants du transport maritime rejoignent le port sec de la PIA

février 29, 2024

Le port sec de la Plateforme industrielle d’Adetikopé (PIA) enregistre l’arrivée d’acteurs de poids du transport maritime mondial. L’Italo-suisse MSC,...

30 millions de tonnes de marchandises manutentionnées en 2023 au port de Lomé

février 21, 2024

Dans le détail, 8.912.225 tonnes ont été importées, soit une augmentation de 10,45%, tandis que les exportations se sont établies...

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

février 19, 2024

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et Google ont signé, le lundi 19 février, un protocole d'accord en marge de...

Le Togo est parmi les 11 pays à forte croissance économique en 2024

février 19, 2024

L’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie. La croissance du produit intérieur brut...