L'économiste du Togo

Finance Islamique versus Finance Traditionnelle

La finance islamique et la finance traditionnelle représentent deux approches différentes en matière de finance. Voici les principales différences entre les deux :

La finance islamique est un ensemble de transactions et de produits financiers conformes aux principes de la loi coranique, qui indiquent l’interdiction de l’intérêt (riba), de l’incertitude (gharar), de la spéculation (maysir et qimâr), l’interdiction d’investir dans des secteurs considérés comme illicites (haram), ainsi que le respect du principe de partage des pertes et des profits. Chaque opération financière ou commerciale doit avoir un sous-jacent réel.

La finance traditionnelle quant à elle suit les principes et les réglementations établis par les institutions financières et les autorités réglementaires. Elle permet l’utilisation d’instruments financiers qui sont interdits dans la finance islamique. Les taux d’intérêt sont couramment utilisés dans les transactions financières. De manière générale, les institutions financières traditionnelles peuvent investir dans divers secteurs et industries, sans restriction religieuses spécifiques.

Au niveau de la structure des produits, les produits financiers islamiques sont conçus pour être conformes aux principes de la charia, ce qui signifie qu’ils doivent être structurés de manière à éviter l’intérêt et l’incertitude. Les produits financiers conventionnels ne sont pas soumis à ces restrictions et peuvent être structurés de manière à maximiser le rendement.

Au niveau du partage des risques et des profits, les produits financiers islamiques impliquent souvent un partage des risques et des profits entre les parties prenantes. A contrario, les produits financiers conventionnels sont basés sur des prêts avec intérêts, ce qui signifie que le risque est supporté par l’emprunteur et que les profits sont réalisés par le prêteur.

Forte d’une croissance remarquable depuis quelques décennies, la finance islamique se positionne comme une réelle alternative au système financier traditionnel. Depuis plusieurs années, la finance islamique connaît une forte progression et représentait, en 2019, près de 2 400 milliards d’euros d’actifs à travers le monde. Elle a atteint une taille de marché d’environ 4,2 milliards de dollars US pour l’année en cours et est sur le point d’enregistrer un taux de croissance de 10% au cours de l’année 2023.

Enfin, la finance islamique se développe principalement dans les pays à majorité musulmane depuis plus de 50 ans, tandis que la finance traditionnelle est plus répandue à l’échelle mondiale. Toutefois, certaines institutions financières traditionnelles proposent également des produits conformes aux principes de la finance islamique pour répondre à une demande sans cesse croissante.

Guy ABBY NOGUES

Banquier d’Affaires – Administrateur Directeur Général – Administrateur de Sociétés

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Briser le supercycle de la dette

mai 18, 2024

Dépendre du crédit pour stimuler la demande met en péril l’économie mondiale : il faut corriger les déséquilibres sous-jacents La...

Ses partisans veulent créer des sociétés libres, égalitaires et prospères

mai 18, 2024

Quel est le rôle de l’État dans les économies modernes ? Est-il possible de créer une société plus juste sans...

La troisième édition du Festival La Marmite (FESMA) officiellement lancée

mai 17, 2024

La troisième édition du Festival La Marmite (FESMA) a été officiellement lancée ce mercredi 15 Mai 2024 en présence de...

Des transporteurs du Sahel explorent les opportunités de la PIA

mai 16, 2024

La coopération logistique avec les pays de l’hinterland pourrait bientôt connaître une nouvelle avancée. Une délégation de directeurs généraux des...