L'économiste du Togo

Le gouvernement devra créer 1 million d’emplois d’ici 2030

La  population togolaise est jeune et en pleine croissance, 60 % de ses 8 millions d’habitants étant âgés de moins de 25 ans. Les jeunes sont le meilleur atout du pays pour stimuler la croissance et réduire la pauvreté à condition d’être employés de manière plus productive.

Le sous-emploi constitue le principal défi des Togolais. Le sous-emploi visible, à savoir des emplois de moins de 35 heures par semaine, touche 60 % de la population active.

 Les pauvres et presque pauvres n’ont d’autre choix que de le subir ; et bien que le taux de chômage officiel ne soit que de 1,7 %, la proportion élevée de travailleurs sous-employés contribue au manque de stabilité financière des ménages.

La plupart des Togolais exercent des activités peu productives et doivent créer leurs propres emplois. Trois travailleurs sur cinq sont en auto-emploi, perçoivent des revenus souvent faibles et aléatoires et subissent des conditions de travail précaires.

 Alors que les politiques publiques de l’emploi se sont focalisées dans le passé sur l’intégration des demandeurs d’emploi au marché du travail formel, les opportunités dans les entreprises enregistrées, qui offrent de meilleurs salaires, sont très limitées, en particulier dans les zones rurales.

La forte proportion d’emplois informels se traduit également par l’absence de mécanismes protégeant les travailleurs de la pauvreté en cas de perte de revenus ou lorsqu’ils sont malades ou âgés.

Moins d’un Togolais sur six a accès à une forme quelconque de protection sociale. Seulement 5 % de la population en âge de travailler bénéficient de l’assurance sociale par le biais de leurs emplois formels dans le public ou le privé, et seulement 13 % de ménages pauvres et vulnérables bénéficient des filets sociaux du gouvernement ou des programmes de cantine scolaire.

La création d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité pour la jeunesse togolaise requiert un secteur privé dynamique

Seul le secteur privé est en mesure de créer les emplois dont la jeunesse togolaise a besoin. Cependant, seulement 15 % des entreprises appartiennent au secteur formel, et peu d’entre elles atteignent une taille significative.

La plupart des entreprises informelles sont engagées dans des activités de subsistance modestes et n’ont pas les moyens d’assumer les coûts liés au fonctionnement dans l’économie formelle.

Grâce à une série de réformes facilitant l’enregistrement des entreprises, le nombre de sociétés togolaises enregistrées a augmenté. Toutefois, la création d’emplois dans le secteur privé n’a pas suivi le même rythme en raison des coûts salariaux élevés et de l’accès limité au financement, entre autres.

Les politiques de l’emploi au Togo doivent donc inclure des changements dans l’environnement économique qui favoriseront une croissance dynamique dans le secteur privé, tant au sein des entreprises existantes que par la création de nouvelles entreprises, notamment par de jeunes entrepreneurs.

Le soutien des pouvoirs publics sera essentiel pour créer des conditions permettant à cette croissance du secteur privé de tenir ses promesses en matière de création d’emplois de qualité.

Malgré une importante progression du nombre d’emplois salariés formels, la plupart des jeunes Togolais et Togolaises devra probablement continuer à créer à court terme leur propre activité dans le secteur informel.  Le soutien à l’amélioration de la productivité et à la stabilité de ces activités devra donc être au centre de la transformation économique du Togo.

Une approche multisectorielle de l’emploi pour un avenir meilleur

Une accélération de la réduction de la pauvreté et un renforcement de la cohésion sociale au Togo nécessiteront une transformation structurelle plus rapide de l’économie vers des activités à plus forte productivité et créatrices d’emplois de meilleure qualité. 

À cette fin, le Togo devra accélérer les réformes visant à promouvoir la compétitivité, améliorer l’accès au financement et renforcer la bonne gouvernance.

Avec Banque Mondiale

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Voici le nombre exact des établissements de tourisme agrées au Togo

mai 23, 2024

Le ministère de la culture et du tourisme a publié ce 23 mai 2024 sur son compte X (ex-twitter) à...

Le franc CFA, une devise refuge malgré les critiques ?

mai 22, 2024

Cette monnaie commune à 15 pays africains, indexée à l’euro et garantie par la France, s’impose peu à peu comme...

Les effets contrastés de la technologie

mai 22, 2024

À mesure que l’intelligence artificielle se répandra, certains travailleurs y gagneront au change, alors que d’autres y perdront. Les progrès...

Briser le supercycle de la dette

mai 18, 2024

Dépendre du crédit pour stimuler la demande met en péril l’économie mondiale : il faut corriger les déséquilibres sous-jacents La...