L'économiste du Togo

Filière café : vers un réseau de femmes d’affaires dans l’espace ACRAM

Nombre de vues : 78

 « Renforcement des liens techniques, commerciaux et de marketing entre les femmes dans l’espace de l’Agence des Cafés Robustas d’Afrique et de Madagascar (ACRAM) ». Ainsi se décline le thème de la formation des femmes d’affaires de la filière café qui se tient à Lomé du 9 au11 novembre.

La construction par les femmes d’alliances fiables pour la visibilité de leurs « Business Clusters » pilotes de café ; le transfert de connaissances entre acheteurs, torréfacteurs et producteurs ; les alliances précompétitives pour la construction de la réputation dans la production locale du café pour des marchés locaux formels au profit des PME dirigées par des femmes ;  la capacité des parties prenantes à investir des fonds propres ainsi qu’une estimation des besoins, mais aussi du risque de mobiliser des capitaux d’investissement externes supplémentaires pour leur fonctionnement, sont entre autres les thématiques à aborder au cours des trois jours de formation des groupes de femmes dans le secteur café.

Cette formation devra à terme, conduire à une diversification générale impliquant le genre dans bien d’autres activités génératrices de revenus. La présente formation est organisée au profit des femmes de six pays de l’ACRAM, à savoir le Cameroun, le Gabon, la République Démocratique du Congo, le Ghana, le Libéria et le Togo.

Les participantes échangent sur l’introduction des femmes dans les groupements d’entreprises du café ; l’accès au financement et à l’économie circulaire et verte ; et l’accès aux alliances pour les femmes dans le café. « L’autonomisation des femmes et des jeunes constitue un enjeu majeur pour le Gouvernement togolais tel que traduit dans la Vision stratégique Togo 2025 qui, à travers son axe II, ambitionne « Dynamiser la création d’emplois en s’appuyant sur les forces de l’économie »

C’est pourquoi je salue la mise en place du Réseau de femmes et de groupes d’affaires dans le Café dans l’espace ACRAM qui, je l’espère, viendra renforcer davantage l’autonomisation des femmes par la création d’activités génératrices de revenus en leur faveur », a déclaré Kodjo ADEDZE, ministre en charge du commerce, de l’industrie et de la consommation locale en procédant à l’ouverture officielles de la formation.

 Plusieurs études ont démontré que les femmes dans la chaine de valeur du café sont beaucoup plus présentes dans la production ou au niveau du tri- pour les procédés Post-récolte.

 A travers son intervention, l’ACRAM entend équilibrer la donne, avec des jeunes qui verront des modèles de réussite concrets. « Il faut saluer les initiatives singulières qui regroupent des milliers de femmes dans tous les pays membres de l’espace ACRAM comme celui de l’initiative des femmes dans le café et le cacao en RDC, ou encore l’association des femmes dans le café et le cacao au Cameroun.

Il faut aussi noter la dynamique de nos membres dont le Farmers Union Network qui regroupe en son sein des milliers de femme productrices, qui sont de plus en plus intéressée par la culture du café, ainsi que la Coffee Federation of Ghana qui est dignement représentée ici aujourd’hui par deux jeunes entrepreneures dynamiques, Kawamoka et SCOFA », a fait remarquer Enselme GOUTHON, président de l’ACRAM. L’ambassadeur de l’Union européenne au Togo, Joaquín Tasso Vilallonga a relevé que la filière café représente donc un secteur important de l’économie mondiale et la place de l’Afrique dans la production est loin d’être négligeable.

Cependant il estime que l’Afrique n’occupe pas encore la place qui lui revient dans la chaîne de valeur du café car le continent reste un exportateur net des grains de café et un importateur du café transformé. En conséquence les petits producteurs de café peinent à sortir de la pauvreté. Pour améliorer le revenu des petits producteurs de café, il faut changer de paradigme.

Rendre plus visibles les femmes de la filière café

 « Cette rencontre de Lomé vise à donner une visibilité accrue à la femme dans la valeur café et surtout appuyer les efforts des femmes et leur montrer toutes les nouvelles opportunités tant sur le plan financier que sur le plan des idées novatrices pour accroître leurs ressources financières.

Surtout cette rencontre leur permettra de partager leurs expériences professionnelles », déclare Njoya Ndam Tomaino, présidente du Comité genre de l’ACRAM. « Etant ambassadrices du projet dans vos différents pays, je vous exhorte à ne manager aucun effort afin de profiter des mécanismes et outils disponibles au niveau international, grâce à l’intermédiaire de Hilary et son ONG Lady Agri. Grâce à ce réseau que nous établirons, nous sollicitons la mise en place des objectifs et des feuilles de route pour chaque délégation.

Notre comité genre, qui est présidée par l’honorable Ndam Njoya, présente dans la salle a entrepris des stratégies de diversification pour la consommation du café. Récemment à travers un projet de l’OIF pour l’autonomisation des femmes au Gabon, l’ACRAM a facilité la formation des femmes sur les produits cosmétiques et la pâtisserie sèche. L’industrie du café est diverse et nous tenons à mettre en place tous les moyens possibles afin de faire bénéficier les jeunes africaines et africains », a conclu le président de l’ACRAM.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Un Caucus financier pour conduire l’agenda du continent en matière de logement

juin 20, 2024

Le Caucus financier des ministres africains de l'habitat et du développement urbain servira de plateforme continentale de plaidoyer pour donner...

Lancement du Comité scientifique du Réseau des Jeunes Economistes d’Afrique

juin 19, 2024

L’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP) a récemment mis en place un réseau de plus de 1...

JEUNE-TOGO remobilise ses membres à Kara

juin 18, 2024

La coordination régionale (Kara) de l’association des Jeunes Entrepreneurs Unis pour une Nation Emergente (JEUNE-TOGO) a organisé le dimanche 16...

Première édition de la Semaine Nationale des TPME

juin 12, 2024

La Semaine nationale des Très Petites et Moyennes Entreprises (SN-TPME) a démarré le 10 juin à Kara. Elle s'est poursuivie...