L'économiste du Togo

L’Allemagne aux côtés du Togo pour une bonne gouvernance financière

Le projet dénommé « Bonne Gouvernance Financière (Good Financial Governance – GFG) » a été mis en place en juillet 2022. Pour démarrer la mise en œuvre de ce projet, un atelier de validation du plan opérationnel des activités avec les partenaires de mise en œuvre a été organisé à Lomé, le jeudi 9 février 2023.

Dans le cadre du nouveau partenariat germano-togolais pour les réformes, signé entre le Togo et la République Fédérale d’Allemagne en juin 2021, trois domaines de coopération stratégiques ont été ciblés.

Il s’agit de l’amélioration du climat des affaires et d’investissements, renforcement de la transformation agro-industrielle et de ses chaînes de valeur, et la promotion de la bonne gouvernance et du développement des territoires. Le projet bonne gouvernance financière est financé à hauteur de 9,5 millions euros soit plus de 6 milliards 231 millions de francs CFA pour une durée de 3 ans.

Ce projet vise à développer et à mettre en œuvre, conjointement avec les institutions partenaires, une stratégie de renforcement des capacités qui intervient au niveau des individus, organisations et des sociétés par le biais de conseils systématiques sur les aspects politiques, techniques et sur les processus.

Il devra toujours s’attacher à renforcer les processus de travail et de coopération entre les institutions, notamment au travers des tâches transversales de pilotage des réformes assumées par le SP-PRPF au ministère de l’économie et des finances. Le projet agit sur les structures d’exécution étatiques, mais aussi par le renforcement des compétences des membres du groupe consultatif des corps de contrôle des finances publiques.

Le projet fournit un appui-conseil aux institutions partenaires afin de moderniser et de numériser leurs instruments et leurs procédés d’exécution et d’assurer une meilleure coordination avec les acteurs dans leur domaine d’activité.

Il s’attache, de manière méthodique, à intégrer autant que possible des perspectives liées au genre. En particulier, il prend en compte et applique le principe « Ne laisser personne de côté » en intégrant les enjeux de cohésion sociale dans le conseil en politique fiscale ainsi qu’en ancrant les aspects de genre dans les instruments d’analyse du pilotage des reformes et dans le contrôle des finances publiques.

Contribuer à l’amélioration des réformes

Pour le chef projet, Magloire Bawénao Adjoke, le projet va contribuer à l’amélioration du pilotage des réformes dans le domaine des finances publiques, à la mobilisation des ressources avec un appui à l’unité de politique fiscale et à l’office togolais des recettes.

« Il va contribuer aussi à renforcer les corps de contrôle afin d’œuvrer à contribuer à la réduction de la corruption et donc à une meilleure mobilisation des ressources pour gérer les projets en faveur des populations togolaises », a martelé M. Adjoke.

Stéphane Akaya, secrétaire général du ministère de l’économie et des finances a relevé que ce projet stratégique et important pour la bonne gestion des finances publiques, s’aligne parfaitement sur la feuille de route gouvernementale Togo 2025, notamment en son axe 3 dont l’une des ambitions est d’améliorer encore davantage la gestion des finances publiques.

« Les réformes vigoureuses initiées dans le système de gestion des finances publiques, grâce à la volonté politique soutenue et la bonne gouvernance, permettent de maintenir un cadre macroéconomique stable, mais surtout de gagner la confiance des partenaires techniques et financiers et de les motiver à continuer à accompagner notre pays à travers des programmes et projets de développement », a souligné M. Akaya. «

Ce projet que nous lançons, ce jour, permettra, à coût sûr, de relever de nouveaux défis et de renforcer davantage notre partenariat pour les réformes au vu des priorités de développement de notre pays », a-t-il ajouté.

 L’atelier a pour objectif de permettre aux partenaires de passer en revue le contenu du projet de plan opérationnel du programme élaboré lors de l’atelier des 15 et 16 décembre 2022 et de procéder à sa validation.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les  géants du transport maritime rejoignent le port sec de la PIA

février 29, 2024

Le port sec de la Plateforme industrielle d’Adetikopé (PIA) enregistre l’arrivée d’acteurs de poids du transport maritime mondial. L’Italo-suisse MSC,...

30 millions de tonnes de marchandises manutentionnées en 2023 au port de Lomé

février 21, 2024

Dans le détail, 8.912.225 tonnes ont été importées, soit une augmentation de 10,45%, tandis que les exportations se sont établies...

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

février 19, 2024

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et Google ont signé, le lundi 19 février, un protocole d'accord en marge de...

Le Togo est parmi les 11 pays à forte croissance économique en 2024

février 19, 2024

L’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie. La croissance du produit intérieur brut...