L'économiste du Togo

Le président de la Banque mondiale en visite au Niger et au Togo

Renforcement de la sécurité et de la paix, de la croissance économique inclusive et durable, de la sécurité alimentaire, de l’accès à l’énergie et de l’importance de l’éducation, entre autres priorités régionales et globales sont au menu de la visite qu’effectue au Niger et au Togo, David Malpass, Groupe de la Banque mondiale, du 29 mars au 1er avril 2023.

Au Niger du 29 au 31 mars, le président Malpass rencontrera le Président de la République du Niger, S.E.M. Mohamed Bazoum, ainsi que les principaux acteurs et partenaires du Groupe de la Banque mondiale, avec lesquels il évoquera le programme de développement du pays et l’appui que le Groupe de la Banque apporte au pays et plus amplement à la région du Sahel.

Il sera par ailleurs l’hôte de l’Université Abdou Moumouni de Niamey où il prononcera le discours de positionnement en prélude aux Réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, prévues du 10 au 16 avril 2023 à Washington. Au Togo du 31 mars au 1er avril, le président Malpass discutera des axes d’intervention stratégiques dans le pays avec le Président de la République du Togo, S.E.M. Faure Essozimna Gnassingbe ainsi que les partenaires.

 Les échanges porteront sur l’éducation, l’agriculture, notamment la réponse d’urgence à l’insécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest, le développement numérique et la protection sociale. Le président Malpass abordera également les efforts accomplis pour renforcer la résilience et la croissance inclusive dans les pays du golfe de Guinée.

 « La promotion de la sécurité et de la paix dans la région, le renforcement de l’éducation et le développement de la résilience pour pallier les coûts climatiques écrasants sont indispensables à la croissance et au développement de la région. Je me réjouis de ces visites au Niger et au Togo qui nous donneront l’occasion d’échanger autour de ces sujets cruciaux ainsi que de l’appui supplémentaire que le Groupe de la Banque mondiale peut apporter dans ces domaines », a déclaré David Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale.

Pendant ces visites, il sera accompagné par Ousmane Diagana, Vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, et par Sergio Pimenta, Vice-président de la Société financière internationale (IFC) pour l’Afrique.

 Le Groupe de la Banque mondiale est un partenaire de longue date de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Entre avril 2020 et la fin de son dernier exercice clos au 30 juin 2022, la Banque mondiale a engagé un montant global sans précédent de 28,5 milliards de dollars au titre de 234 projets dans les secteurs prioritaires.

La Société financière internationale (IFC), pour sa part, a investi 9,4 milliards de dollars dans 36 pays africains au cours de l’exercice 2022, ce qui représente son engagement annuel le plus important sur le continent. Au cours des dix dernières années, le Groupe de la Banque a plus que quadruplé ses ressources dans le Sahel et mobilisé plus de 8,5 milliards de dollars entre 2020 et 2023, ce qui fait de lui le premier contributeur au développement de la région.

La Banque mondiale au Togo

Au Togo, la politique actuelle de développement du gouvernement figure dans son Plan national de développement (PND) pour les années 2017-2022 qui a été actualisée dans la « Feuille de route gouvernementale 2020-2025 ».

Son objectif global est de transformer structurellement l’économie pour favoriser une croissance forte, l’inclusion sociale, la création d’emplois et la modernisation des institutions, notamment à travers le développement du numérique.

Le Cadre de Partenariat entre le Groupe de la Banque mondiale et le Togo (CPF) est aligné sur le PND et la « Feuille de route gouvernementale Togo 2020-2025.

Il finance plusieurs projets pour : soutenir le développement du secteur privé et la création d’emplois en appuyant les secteurs productifs, ainsi que l’accès à l’énergie et au numérique ;   améliorer la gouvernance et renforcer les capacités institutionnelles ; renforcer le capital humain en améliorant l’accès aux services publics essentiels notamment l’éducation, la santé, l’eau et l’expansion des mécanismes de protection sociale ;    soutenir la résilience et la durabilité écologique.

 Au 31 mars 2022, le portefeuille de la Banque mondiale s’élève à $917,5 millions, couvrant au total 19 projets.

Ces projets sont financés essentiellement par l’Association internationale de développement (IDA), la filiale du Groupe de la Banque mondiale qui soutient les pays pauvres. Concernant la Riposte contre la pandémie de COVID-19, la Banque mondiale continue à soutenir le Togo pour mettre en œuvre son plan de riposte.

Cet appui s’articule autour de trois priorités : sauver des vies à travers le financement des activités de surveillance et de riposte de la COVI-19, l’acquisition d’équipements médicaux et de laboratoire ainsi que l’acquisition et le déploiement de vaccins contre la COVID19.

Préserver les moyens de subsistance en soutenant les ménages, surtout les plus vulnérables par le biais de transferts monétaires. Relancer l’économie en soutenant notamment le secteur privé et la production agricole.

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les  géants du transport maritime rejoignent le port sec de la PIA

février 29, 2024

Le port sec de la Plateforme industrielle d’Adetikopé (PIA) enregistre l’arrivée d’acteurs de poids du transport maritime mondial. L’Italo-suisse MSC,...

30 millions de tonnes de marchandises manutentionnées en 2023 au port de Lomé

février 21, 2024

Dans le détail, 8.912.225 tonnes ont été importées, soit une augmentation de 10,45%, tandis que les exportations se sont établies...

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

février 19, 2024

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et Google ont signé, le lundi 19 février, un protocole d'accord en marge de...

Le Togo est parmi les 11 pays à forte croissance économique en 2024

février 19, 2024

L’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie. La croissance du produit intérieur brut...