L'économiste du Togo

Les dix actions majeures pour renforcer Inclusion financière digitale en Afrique

Le continent abrite un nouveau leadership entrepreneurial, porté par les femmes et par les jeunes, qui dominent la majorité des activités marchandes. Ainsi, 70% du commerce qui se fait dans les frontières intra-africaines est réalisé par des femmes.

L’Afrique est le barycentre mondial de l’innovation en matière de finance digitale. La multiplication des nouveaux acteurs, comme celle des émetteurs de monnaies électroniques et biens d’autres, est en passe de vaincre la fatalité de l’exclusion financière, qui dominait le continent depuis plusieurs décennies.

 L’inclusion financière digitale a démontré, à travers le monde, son potentiel à être un catalyseur pour 13 des 17 Objectifs de développement durable (ODD).

Compte tenu du leadership que le continent détient à l’échelle mondiale en matière d’innovation dans la finance digitale, dix actions majeures s’offrent à ses acteurs pour renforcer, au niveau national et sous-régional, les fondements d’une prospérité renouvelée et repousser ainsi un pessimisme qui n’a plus lieu d’être.

1. Hâter l’émergence de champions nationaux à envergure régionale en les soutenant dans leur digitalisation, par le développement de services financiers et logistiques qui répondent aux besoins spécifiques et évolutifs des femmes, des jeunes et des petites entreprises, qui dominent les activités marchandes sur le plan national, régional et continental ;

2. Renforcer le financement privé de l’expansion des marchés par la transformation du secteur des services financiers décentralisés (microfinance), par le biais d’innovations responsables qui favorisent la mutualisation du mobile banking au niveau sectoriel, et leurs interconnections aux fournisseurs de services de paiement ;

3. Accroître la collaboration entre banques, grands opérateurs, fintechs et start-up pour élargir le portefeuille des services digitaux financiers et non financiers accessibles aux marchands selon leur niveau de formalisation ;

4. Étendre les réseaux d’acceptation des paiements digitaux sur l’ensemble du territoire, en particulier dans les zones frontalières.

5. Réussir le passage à l’interopérabilité des moyens et systèmes de paiement, en associant les agrégateurs et leurs savoir-faire, acquis au cours de la dernière décennie, dans la facilitation des paiements aussi bien au niveau national qu’au niveau régional et continental ;

6. Promouvoir la transparence de tous les coûts associés aux transactions financières, pour une meilleure prise en compte dans les business modèles des marchands et pour favoriser la clarté de décision chez les clients finaux ;

7. Garantir l’accessibilité et l’effectivité des mécanismes de recours, aussi bien au niveau national que pour les opérations transfrontalières, afin de renforcer la confiance des acheteurs ;

8. Introduire de la flexibilité dans les initiatives d’identité digitale et des exigences en matière de KYC (« Know-Your-Customer »), qui prennent en compte les niveaux de formalisation des économies nationales, réduisant ainsi l’exclusion financière de certains segments et acteurs ;

9. Assurer l’efficacité des mécanismes de vérification et d’application des dispositions d’intégration sous-régionale et continentale relatives à la libre circulation des biens, des personnes et des capitaux aux frontières ;

10. Accélérer la promotion de la coopération bilatérale intra-africaine pour la mise à l’échelle, l’harmonisation ou le développement de normes et de bonnes pratiques qui favorisent une digitalisation responsable des services financiers sur le continent (notamment en matière de lutte contre le blanchissement d’argent, de mécanismes de recours et de normes de solidité et de fiabilité des infrastructures digitales).

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les  géants du transport maritime rejoignent le port sec de la PIA

février 29, 2024

Le port sec de la Plateforme industrielle d’Adetikopé (PIA) enregistre l’arrivée d’acteurs de poids du transport maritime mondial. L’Italo-suisse MSC,...

30 millions de tonnes de marchandises manutentionnées en 2023 au port de Lomé

février 21, 2024

Dans le détail, 8.912.225 tonnes ont été importées, soit une augmentation de 10,45%, tandis que les exportations se sont établies...

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

février 19, 2024

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et Google ont signé, le lundi 19 février, un protocole d'accord en marge de...

Le Togo est parmi les 11 pays à forte croissance économique en 2024

février 19, 2024

L’Afrique devrait rester la deuxième région connaissant la croissance la plus forte après l’Asie. La croissance du produit intérieur brut...