L'économiste du Togo

Mise en œuvre de la ZLECAF : quatre pays se mettent ensemble

Une réunion des ministres du commerce et du transport du Bénin, Burkina Faso, Niger et Togo s’est tenue à Niamey le jeudi 25 mai 2023. Cette rencontre a porté sur la Déclaration quadrilatérale de convergence du cadre légal du transport routier dans le cadre de la mise en œuvre de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf).

Les travaux de cette réunion ont été marqués par une présentation des objectifs et l’état d’avancement du projet de facilitation des transports, des transits et des échanges en Afrique de l’Ouest.

 Aux termes des échanges, les ministres du commerce et ceux en charge du transport routier du Bénin, du Burkina Faso, du Niger et du Togo ont adopté et signé la déclaration quadrilatérale de convergence du cadre légal du transport routier dans le cadre de la mise en œuvre de la ZLECAF.

 Cette déclaration pose les jalons d’initiatives complémentaires, à savoir la mise en place d’une garantie douanière commune pour faciliter le transit et la libéralisation progressive du secteur des transports. Elle comprend aussi une feuille de route détaillée pour la mise en œuvre coordonnée d’actions au niveau national dans chacun des quatre pays bénéficiaires, ainsi qu’un calendrier pour la mise en œuvre de stratégie de convergence.

 Au terme de leurs travaux, les ministres sont allés rendre compte au Président de la République du Niger, Mohamed Bazoum. « Cette réunion ministérielle a porté sur la Déclaration quadrilatérale de convergence du cadre légal du transport routier dans le cadre de la mise en œuvre de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf) », a déclaré la ministre de l’Industrie et du Commerce du Bénin, Assouman Alimatou Shadiya, à leur sortie d’audience.

« Les ports de Cotonou et de Lomé appartiennent également au Niger et au Burkina Faso », a-t-elle affirmé, soulignant qu’il est normal qu’il y ait une convergence dans la mise en œuvre des textes règlementaires dans les quatre pays.

 « Cela nous amène à réviser le cadre réglementaire des transports des marchandises et éventuellement des personnes afin que la facilitation des échanges permette le développement de nos pays voisins et frères », a expliqué Mme   Assouman Alimatou Shadiya. « Nous avons été encouragés par SEM le Président de la République du Niger et nous avons également été instruits par ses frères, les Présidents du Bénin, du Togo et du Burkina Faso, pour pouvoir regarder dans une même direction, pour que le commerce soit vraiment une source de revenus et un pilier de développement de nos Etats », a-t-elle ajouté.

Joël YANCLO

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les banques centrales doivent rester vigilantes dans le dernier kilomètre sur la voie de la désinflation 

avril 16, 2024

Un sentiment d’optimisme s’est diffusé sur les marchés financiers au cours des derniers mois, les investisseurs étant convaincus que la...

Le Togo veut ramener la dette intérieure à 54,6% contre 61,4% du PIB d’ici 2026

avril 7, 2024

Le gouvernement togolais a annoncé son intention de réduire sa dette intérieure dans le cadre de sa stratégie de gestion...

Réglementation et contrôle du secteur financier : mécanisme de résolution pour les grandes banques (chantier en cours) 

mars 21, 2024

Les secousses de l’an dernier ont montré qu’il reste du travail à accomplir dans plusieurs domaines pour veiller à ce...

L’Afrique de l’Est, berceau du Mobile money, l’Ouest nouvelle plaque tournante du continent

mars 21, 2024

Près de la moitié des 1,75 milliards de comptes enregistrés dans le monde se trouvent en Afrique subsaharienne. Sous-région pionnière...