L'économiste du Togo

Examen de la politique d’investissement du Togo

Dans le but de renforcer davantage la compétitivité de l’économie togolaise, d’attirer de nouveaux investissements étrangers et promouvoir l’investissement domestique, le ministre de la promotion de l’investissement a lancé l’examen de la politique d’investissement du Togo (EPI-Togo), le 30 mai 2023, à Lomé.

Ce document a été réalisé par la conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), grâce à l’appui financier du programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à travers le projet d’appui à l’amélioration du financement du développement durable.

D’après Rose Kayi Mivedor, le ministre de la promotion d’investissement, ce rapport diagnostic, qui met en exergue les forces et les faiblesses de leurs politiques d’investissement actuelles, constitue une importante étape pour l’amélioration de la politique de promotion, d’attraction et de facilitation des investissements directs nationaux et étrangers.

 « L’objectif de ce rapport est de permettre au gouvernement de maintenir la dynamique de l’amélioration de l’environnement des affaires, tant pour les investisseurs étrangers que pour le secteur privé local, à travers le renforcement et l’amélioration du cadre de concertation entre l’Etat et le secteur privé.

Il a également permis d’identifier les axes d’amélioration et les marges de progression pour faire éclore tout le potentiel d’attractivité de la destination Togo, assorti de recommandations concrètes et spécifiques adaptées aux conditions du pays », a souligné Mme Mivedor.

 A l’en croire, les investissements directs étrangers (IDE) permettent, lorsque les opportunités de développement des relations interentreprises avec le secteur privé local sont mises en place, un transfert de technologie, la formation des ressources humaines, une plus grande intégration des TPME nationales à l’économie régionale et internationale et l’accès aux chaînes de valeur mondiales.

Elle reste convaincue que l’EPI-Togo va dynamiser l’investissement privé et la création d’emplois décents pour leurs populations, car l’investissement public crée le cadre mais c’est l’investissement privé qui crée les emplois.

Encourager l’investissement

Pour la représentante résidente du PNUD, Binta Sanneh, l’objectif de développement durable (ODD) 17 recommande « d’adopter et de mettre en œuvre des dispositifs visant à encourager l’investissement en faveur des pays les moins avancés », et l’EPI, s’inscrit dans cette optique, comme l’un des outils pour améliorer l’environnement des affaires, en mettant plus en exergue des options concrètes de politique d’investissement et des recommandations très opérationnelles favorables aux changements transformationnels.

« L’approche développée dans l’EPI, dont les résultats seront présentés, constitue une excellente opportunité pour initier une réforme de la qualité et de l’efficacité des IDE sur les conditions de vies des populations et d’employabilité des femmes et des jeunes. Cet examen, devrait non seulement accroître les facteurs de compétitivité du Togo, mais surtout doter le pays d’une offre pour des investissements dans les régions, les territoires et la stimulation du développement local », a précisé Mme Sanneh.

 « Les recommandations de l’EPI-Togo, constituent donc une opportunité pour vous, pour nous, d’intensifier nos efforts communs pour des investissements transformateurs, plus inclusifs et plus durables », a-t-elle ajouté.

Prendre des mesures

« Pour renforcer la compétitivité du pays, il y a des mesures qui sont à la fois d’ordre juridique et institutionnel et également en termes d’infrastructure d’accès aux marchés, de ressources humaines, d’accès aux financements et des zones économiques spécial, qui peuvent être mené », a précisé Maha El Masri, experte en politiques d’investissement, division de l’investissement et des entreprises, CNUCED.

Il est à noter que la cérémonie de lancement sera suivie de la mise en œuvre d’une des premières recommandations de l’EPI qui est le renforcement de capacités de toutes les parties prenantes intervenant sur le parcours de l’investisseur sur des thématiques spécifiques.

 Ces séquences de formation permettront aux participants d’être conscients de l’importance du rôle de tous les maillons de la chaîne, de renforcer la relation entre les différents services de l’administration et d’améliorer ou acquérir de nouvelles compétences nécessaires pour la promotion et la facilitation des investissements durables au Togo.

Hélène MARTELOT

Partager

Laisser un commentaire

Autres articles

Les banques centrales doivent rester vigilantes dans le dernier kilomètre sur la voie de la désinflation 

avril 16, 2024

Un sentiment d’optimisme s’est diffusé sur les marchés financiers au cours des derniers mois, les investisseurs étant convaincus que la...

Le Togo veut ramener la dette intérieure à 54,6% contre 61,4% du PIB d’ici 2026

avril 7, 2024

Le gouvernement togolais a annoncé son intention de réduire sa dette intérieure dans le cadre de sa stratégie de gestion...

Réglementation et contrôle du secteur financier : mécanisme de résolution pour les grandes banques (chantier en cours) 

mars 21, 2024

Les secousses de l’an dernier ont montré qu’il reste du travail à accomplir dans plusieurs domaines pour veiller à ce...

L’Afrique de l’Est, berceau du Mobile money, l’Ouest nouvelle plaque tournante du continent

mars 21, 2024

Près de la moitié des 1,75 milliards de comptes enregistrés dans le monde se trouvent en Afrique subsaharienne. Sous-région pionnière...